Côte d’Ivoire:  Le pays serait-il encore fréquentable?

Les mêmes causes produisant les mêmes effets, ce qu’ils ont fait endurer aux autres, leur arrive à grands pas.

Souvenons-nous pendant le règne du président ivoirien Laurent Gbagbo, vivant sous la pression terrible exercée par la France et l’ONU, un décret avait été pris depuis Paris, interdisant de fréquenter le président Gbagbo. C’est pendant qu’il cherchait le pouvoir en Côte d’Ivoire, que Alassane Dramane Ouattara et ses amis, ont mis un embargo sur les médicaments et les dégâts, on s’en souvient. Le même groupe des Ouattara, a fait occasionner des ruines et des crimes dont je vous épargne la suite et qui continuent d’attrister, hélas, la jeune vigoureuse population ivoirienne.

On apprend ça et là que Ouattara, oserait inviter le président français Emmanuel MACRON dans le courant du mois de décembre 2017 pour la pose de la première pierre pour la construction du métro qui va coûter plus de 1000 milliards de cfrs CFA. Si le président français, effectuait cette visite, c’est cautionner la souffrance des ivoiriens et donner plein mandat à Ouattara, d’aller jusqu’au bout de sa politique de peuplement.

La Côte d’Ivoire et son métro et pour quelle utilité?

Quand, Ouattara préfère le métro à la santé, à l’éducation et à la recherche, le fréquenter pour des poses de première pierre, c’est ouvrir la route du cimetière à la population. Voilà un pays où 12 enfants ivoiriens décèdent toutes les heures suite au paludisme, 20 femmes meurent par jour pour des complications d’accouchement ou de grossesse, par manque d’infrastructures médicales adéquates et adaptées. L’espérance de vie se situe entre 52 et 54 ans. Le taux d’admissibilité au BAC est de 39%. 90 % des produits importés sont des produits contrefaits toxiques sans que l’état ne lève le petit doigt, le quotidien ivoirien, « le jour » d’Abidjan l’avait titré dans sa parution du jeudi 26 octobre 2017. La liste de ces horreurs est longue pour un pays en pleine croissance de développement.

Devant ce constat d’échec faisant l’état des lieux du bilan catastrophique d’un pouvoir qui met tout à ses propres profits que l’intérêt de la nation, si la France va jusqu’au bout de cette logique, en autorisant une visite d’état, c’est confirmer et valider, la franc-afrique. Devant cette situation, le pouvoir ivoirien et la France préfèrent sacrifier les secteurs sociaux les plus élémentaires pour les remplacer par un simple métro, engin de transport, alors qu’il suffit simplement, de réhabiliter le chemin de fer, si possible l’étendre à quelques communes et à Grand-Bassam, pour désengorger l’épineux problème du transport à Abidjan et qui coûterait, moins cher. Les ivoiriens vont-ils continuer de consommer les médicaments de rue, plus toxiques? Et si la Côte d’Ivoire avait tourné le dos au développement ou au progrès social? C’est quoi un métro ou un pont à péage en pleine ville, dans un pays qui recule? Que signifie pour le pouvoir ivoirien, le développement? Il y a cinq piliers pour faire vivre un peuple: la santé, la culture, l’éducation, les infrastructures routières, la sécurité, ça n’existe pas en Côte d’Ivoire. Alors, la question qu’on se pose, pourquoi ce que la France a proscrit dans sa législation, elle le cautionne dans les pays africains?

Les braquages, l’acharnement des cambrioleurs sur les collèges et lycées, la violence intercommunautaire à Guiglo, ce sont là  quelques signes qui ne trompent pas. Macron ne s’est-il pas rendu dans les DOM TOM qui sont subis les dégâts pendant les catastrophes pour les soulager? L’état français a dégagé plus d’1 milliard d’euros pour les soulager. Ces compassions n’existent pas en Côte d’Ivoire. La France, pays de droit de l’Homme et de démocratie, ne peut pas cautionner des dérives dans les autres pays, même si ce sont ses anciennes colonies. La France peut-elle accepter qu’on cambriole ses écoles, lycées et collèges? Donnons quelques exemples pour étayer notre triste constat, à savoir: le 10 juin 2016, le lycée moderne de Zuénoula, une province, a été cambriolé. Le lycée professionnel de Grand-Lahou, belle ville balnéaire, cambriolé, 22 novembre 2016,  le bureau des éducateurs du lycée moderne d’Alépé cambriolé, 13 février 2017, le lycée moderne de Bocanda, a subi aussi, un cambriolage. le 13 octobre 2017, le lycée moderne de Danané incendié, 20 octobre 2017, 4 collèges privés à Korhogo saccagés et incendiés, le 26 octobre, le groupe scolaire IFI de Divo cambriolé avec un vigile tué, ect…. Comme si cela ne suffisait pas, les grèves récurrentes de la FESCI, (fédération étudiante et scolaire de la Côte d’Ivoire) et des enseignants, sont matées dans le sang pendant  que les microbes sévissent à ciel et visages ouverts commettant crimes odieux et barbaries en tout genre.

A qui profite tous ces dégâts et crimes? Et pourquoi, ce sont les lieux du savoir que l’on détruit? Le président Houphouet Boigny avait placé au cœur de sa politique, l’éducation comme sa priorité. Pour ceux qui se réclament de ce grand homme, pourquoi, font-ils le contraire de l’idéal de ce grand bâtisseur pour se transformer en monstre contre la population? Comment peut-on confier le destin d’un grand pays comme la Côte d’Ivoire à des semi-lettrés, à des incultes et analphabètes? Ouattara attend quels résultats? A quoi, rime donc une telle politique? Où Ouattara veut conduire la Côte d’Ivoire? Pourquoi, ce grand retour au royaume de l’obscurantisme, soudain?

Les exemple sont tellement nombreux, car ce ne sont pas tous les crimes qui remontent, parce que certains villages et villes du pays sont coupés du reste du monde. Toutes les infrastructures routières sous Ouattara, sont comme des comprimés effervescents à la suite de ces pluies diluviennes, tout a été détruit. Les routes ivoiriennes sont plus mortelles que le sida. On n’en parle pas.

Alors, il est bien de poser la question:  » à qui profite tous ces crimes? Est ce qu’un tel pays peut-il être fréquentable? » Faut-il rappeler à l’ordre ou encourager?

Je voudrais remercier le conseiller spécial de M. Banny en France, M. Liadé Gnazébgo pour sa contribution

Joël ETTIEN

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.