Côte d’Ivoire: Les commissions sur la réconciliation mises en place par les partis politiques, est-ce pour aider ou attaquer le processus ?

Est-ce pour apporter des solutions contre la fracture sociale que les partis politiques ivoiriens convergent tous à mettre des commissions dédiées à la réconciliation et la cohésion sociale en leur sein ? Si tel est le projet, alors l’enjeu sera facile. Il faut donc encourager le ministre de la réconciliation et la cohésion nationale.

Que visent les commissions sur la réconciliation mises en place par les partis politiques ?

KKB est le ministre en charge de la réconciliation et de la cohésion nationale et c’est connu de tous. En lieu et place d’organiser des forums élargis à la nation qui coûteraient chers au pouvoir, le président Ouattara a préféré mettre un ministère à cet effet qui devient de facto une institution régalienne.

Tout le monde parle de paix, de réconciliation et de cohésion sociale, c’est maintenant qu’il faut s’y mettre sincèrement. Ce n’est pas une affaire de contenter KKB pour avoir validé ou cautionné, mais le pays et ses ressortissants, ne doivent pas passer tout leur temps à se détester et se regarder en chiens de faïence. De plus, le ministre de tutelle remplit bien sa fonction, connaissant le terrain et ses enjeux.

Nous ne pensons pas qu’à l’intérieur de chaque parti politique ivoirien, il y ait des problèmes. Tout bicéphalisme tue, c’est pourquoi il faut la mise en place des conseillers en charge de réfléchir à la réconciliation. La convergence des idées vers un destin commun serait l’idéal pour un pays qui sort de guerre comme la Côte d’Ivoire.

On peut ne pas l’aimer, mais KKB fait un travail remarquable à encourager que de lui jeter des peaux de banane sur son difficile parcours qui ressemble à un défi national. Pendant les vacances de 2021 des ministres, il était un des rares à rester sur place pour poursuivre ses pourparlers et il avait gardé la promotion du gouvernement.

Comme on ne lapide que l’arbre qui porte des fruits, KKB subit les agrégats de ceux qui voient en lui une adversité alors qu’il faut plutôt le soutenir pour sortir la tête de la Côte d’Ivoire de l’eau.

Ainsi, nous osons espérer que toutes les nominations dans les partis politiques dédiées à la réconciliation sont sincères, allant dans ce sens du soutien à l’effort de l’existant.

Il ne faudrait pas que des rivalités viennent débrayer le processus mis en place par le gouvernement ivoirien, mais aller dans le même sens pour que les ivoiriens réapprennent à créer les conditions du vivre-ensemble.

                                             Joël ETTIEN

         Directeur de publication : businessactuality.com     

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.