Côte d’Ivoire: A quand la libération effective des prisonniers politiques ?

Nous avons tous cru que les prisonniers politiques et militaires, allaient recouvrer la liberté avant la tenue des élections législatives, mais on dirait que ceux qui ont produit cette information, ont donné de faux espoirs et pourtant, il le faut. A quand donc la libération des prisonniers politiques ?

Vers la libération des prisonniers politiques ?

Sous quelle forme, cette information rentrera dans sa phase concrète ? Est-ce par une adresse nationale du président de la république pour l’annoncer de lui-même ou en incognito ? De toutes les façons, ça s’impose, alors il faut le faire.

La contestation du troisième mandat n’ayant pas abouti, le seul cadeau à offrir au peuple, c’est de libérer tous ces prisonniers pour adoucir les cœurs des parents de ceux-ci et décongestionner cette atmosphère méfiante qui s’empare des ivoiriens.

Qui peut s’estimer heureux d’avoir ses parents en prison ? Quel parti politique ou société civile, peut être content de savoir son leader en prison ? Comme ça n’arrive pas seulement qu’aux autres, le mandat en question a été à la faveur du président Ouattara, alors qu’il songe à libérer tous ces prisonniers-là.

Ils sont nombreux à qui, sans doute on fait la pression de signer leur reddition au RHDP, soit, mais si, c’est cela le projet, il faut poser des actes qui rapprochent que de vouloir forcer. Si s’avère exact, on tend vers le parti unique, à quoi a servi tout ce combat des années 90 ? Il faut laisser le soin à chacun de disposer de son propre chef et sans contrainte, revoir sa position politique pour son propre choix.

C’est pourquoi, nous emboitons le pas de ceux qui luttent pour la libération de ces prisonniers-là afin de rendre agréable la vie en Côte d’Ivoire. Il faut que le président de la république, se débarrasse de ces cailloux dans ses chaussures, pour lui permettre à lui, de gouverner, si tel est son vœu.

Si c’est par message écrit à la suite d’un conseil de ministres, ce que le peuple attend, c’est la libération des prisonniers pour que la vie reprenne son cours normal, en l’état, la crispation et la colère continuent de régner et certains ivoiriens, se retirent du progrès.

Toute chose a une fin, il faut que cette fin soit une fin heureuse et profitable à tous.

                                        Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.