Côte d’Ivoire: Les prisonniers seront libérés mais avec un peu de patience.

Il n’y a pas de raison que les prisonniers politiques et militaires ne soient pas libérés. Aucun président ne veut céder à la pression qui l’éloignerait de sa qualité de président de la république; toutefois, ils seront libérés à la surprise et au compte-goutte.

Libération des prisonniers politiques

Il serait trop facile qu’après juste leur rencontre (les présidents Gbagbo et Ouattara), le dernier accède aux injonctions du premier. Qui est le président en exercice ? Le président Gbagbo accepterait-il qu’on lui fasse plier si c’était lui le président en exercice ?

Il a émis des doléances et comme le président Gbagbo l’a reconnu, il appartient au président Ouattara, en fonction de son calendrier, du moment qu’il jugerait utile, de songer à libérer les prisonniers dont il est leur tête de lice.

Il faut reconnaître qu’il n’y a plus de raison que le président Ouattara traine les pieds pour raccommoder les violons. Le temps lui offre son sourire pour harmoniser et calmer les tensions sociopolitiques.

De quels crimes de sang parlait le président Ouattara dans son adresse à sa population ? Si aujourd’hui, le président Gbagbo a été acquitté et que lui, le président Ouattara, ne veut plus que la CPI vienne enquêter, c’est que logiquement comme il le dit lui-même, le passé doit être derrière les ivoiriens. Dans cette crise, tout le monde a commis sa faute et son crime. S’il veut que le passé soit derrière, les prisonniers n’ont plus le droit d’être en prison.

En sa qualité de chef d’état, il va procéder étape par étape à leur libération et à la fin, il faut qu’il donne la possibilité à son ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale d’organiser une vraie caravane de réconciliation dans tout le pays.

Dans le cas d’espèce, on n’arrête jamais de le dire, tout sera à son actif et c’est lui qui en tirerait les fruits de cette prise de conscience. S’il a ouvert le sourire à son jeune Laurent Gbagbo, qu’il ne le ferme pas aux autres.

Au constat de ce qui est visible, beaucoup des vivants en détention, la longueur de leur incarcération les a tous réduits, diminués et ils sont devenus tous comme des lions sans dents. Quelqu’un qui a passé plus de 10 ans derrière les barreaux sans être jugés, quelle force aura-t-il de vouloir se venger ou orchestrer un nouveau coup d’état ? Ils semblent tous affaiblis.

Ils se sont rendus compte que tout le peuple n’a pas suivi la cadence pour réclamer leur libération. Ils en ont pris de la graine de l’ingratitude ou du moins de leur abandon.

Alors, que le peuple garde son calme car dans peu de temps, tous les conflits seront malicieusement réglés. Le président Ouattara sait que ses compatriotes, pour certains, ne sont pas contents depuis des lustres. Ils vont lui concéder ce bénéfice et le porter dans leur cœur. Il fait beaucoup pour les routes et ponts, qu’il permette aussi leurs appréciations collectives.

Il n’y a plus de raison que les autres paient le prix de leur allégeance au président Gbagbo acquitté. Il va falloir procéder à leur libération.

                                                  Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.