ECO : Le président ivoirien Alassane Ouattara se défend mais dans un relent de mauvaise foi

Le président ivoirien Alassane Ouattara s’est prononcé sur la position des pays membres anglophones de la CEDEAO et de la Guinée, à propos de la monnaie unique de l’ECO. Il a indiqué avoir prévenu ses pairs de l’Organisation avant de faire l’annonce ensemble avec Macron.

Le président ivoirien Alassane Ouattara annonce la naissance de l’ECO

« Avant de l’annoncer avec le Président Macron, j’en avais informé les chefs d’état de la Cédeao le matin même, Je leur ai écrit ! Ce qui m’importe, c’est là décision des chefs d’état», a confié à la BBC, Alassane Ouattara.

Cette déclaration du président ivoirien vient en réaction  à l’annonce faite par les chefs d’Etat des pays anglophones de la CEDEAO de leur rejet de la décision « unilatérale » du président ivoirien de changer le nom du CFA en ECO. Cependant, il faut noter qu’il a manqué de bonne foi dans ce dossier en n’informant ses pairs que le jour même où il voulait faire cette annonce. Une décision d’une si grande importance devrait être discutée et amendée par les responsables et experts des pays concernés. Au lieu de cela, Ouattara n’a fait qu’écrire aux présidents concernés. De plus sans recueillir leur avis, il s’est précipité pour rejoindre son « cher » Macron pour  l’annonce publique.

Mais pourquoi ne l’avait-il pas fait directement lors du sommet de la CEDEAO?

Cela aurait permis d’éviter ce qu’il appelle aujourd’hui une confusion qui est la réaction  des autres dirigeants africains. Dans tous les cas, des doutes persistent sur les intentions réelles de Ouattara et de Macron. On sait que le président ivoirien est l’un des farouches défenseurs du CFA et de la France. Aussi, cette décision bouleversera-t-elle assurément, les plans de la CEDEAO dans l’adoption rapide de sa monnaie unique. C’est peut-être l’intention cachée visée par les deux « super potes ».

Source Béninweb tv

Retranscris par Nicky Jason

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.