Quand, la chute produit des revers!

 C’est un constat et non des conseils, au regard de ce que la vie enseigne à tous les leaders dans tous les domaines. C’est toujours à la fin de chaque règne que les leçons de la vie s’illustrent, mais dans le feu de l’action, souvent, on ne fait pas attention à ces signes importants de la vie.

Le président Alpha Condé fait circuler, vrai ou faux, que s’il s’est maintenu au pouvoir pour le troisième mandat qui l’a balayé, que ce sont les femmes qui l’y ont obligées, mais à sa chute, où étaient ces dernières ?

Si le président Gbagbo Laurent, persiste à se séparer d’avec sa femme Simone, en grande partie, c’est parce que cette dernière, ne lui a pas été d’un grand support dans les grandes décisions pendant sa gestion de son mandat et ayant échappé à la mort, il a préféré s’en débarrasser pour vivre sainement.

Tous ceux qui ont régné et chuté, doivent ouvrir leurs yeux pour lire ce constat.

Quand on a au pouvoir, les louanges, hommages et autres citadins glorieux, affluent dans les oreilles parce que le pouvoir produit des avantages dont certains sont obligés de flatter le détenteur pour en jouir. Comme dit la fable intitulée : « le corbeau et le renard », maitre corbeau tenait à son bec, un fromage et la suite, est restée dans nos mémoires.

Tout flatteur vit aux dépends de celui qui l’écoute et les exemples, sont tellement courants et que nous voudrions qu’ils servent d’exemples aux leaders africains qui sont trop souvent dans la contemplation, les éloges, les hommages qui leur cachent la réalité.

Ce que nous leur recommandons, c’est d’être serviables, humains, à l’écoute de leur peuple pour agir et intervenir quand cela s’avère important et capital. Pour éviter le pire, certains désirent se maintenir au pouvoir éternellement parce qu’ils ont peur de la suite de ce que la vie leur réserve. Les populations ont changé et évolué, dans leur conception des choses.

Les jeunes d’aujourd’hui, sont au fait de l’actualité et des informations par le biais des réseaux sociaux et donc, prompt à réagir en bien comme en mal, c’est pourquoi, les détenteurs de tous les pouvoirs doivent en tenir en compte pour s’épargner du pire, après leur chute. Ils ne sont plus dans la crainte.

Enfin, vanité, tout est vanité sur cette terre. C’est pourquoi, les Hommes doivent rester dans la droiture humaine et vivre utiles. Rien n’est plus beau que, quand tout un peuple regrette un leader. Aujourd’hui, certains libyens pleurent le guide Mouammar Kadafi, qui avait mis dans sa politique, le bien-être de ses compatriotes et assassiné pour sa loyauté.

Il faut surtout éviter de se faire envahir par des parents qui n’ont qu’une idée derrière leur tête, la protection et la sauvegarde de leurs profits et autres avantages engrangés sur le dos du contribuable. Cet entourage est plus hypocrite que les griots qui vantent et vendent leur voix pour avoir de l’argent.

En cas de chute, même, les enfants et les épouses, prennent tout leur temps pour répondre à un seul appel, parce que le pouvoir a chaviré ailleurs. Vanité, tout est vanité, il faut en tenir compte. Le pouvoir et la richesse, ont plusieurs amis, mais la chute qui se rallie à la pauvreté, est orpheline, comme dit l’adage, le regret, vient toujours après. Ce n’est qu’un constat et non des conseils. Souvent, ce sont les plus supposés fidèles qui retournent leur veste, aux premières heures de la chute. Gbagbo Laurent, en a plein dans ses valises d’amis et la parfaite illustration.

                                               Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.