Elle prend une grossesse, 10 ans après et le mari décline sa responsabilité.

Elle tombe enceinte après dix années de mariage et son mari la soupçonne de l’avoir trahi. 

Pauline et Jacques sont mariés depuis 10 ans, mais ils n’ont pas d’enfant. En dépit de tous les examens et autres recherches médicinales traditionnelles, rien n’y fit. Jacques, lui, va à ses occupations en sa qualité d’homme d’affaires. Il a beaucoup d’argent, mais n’a pas d’enfants. Il a tout et donne tout aussi à sa femme. Il sait ce qu’il a contracté comme pacte pour être à niveau de vie rutilante.

Il sait aussi, qu’il a sacrifié sa fécondité par des sacrifices pour avoir beaucoup d’argent, mais il ne l’a jamais dit à sa femme, qui n’a pas d’enfant et souhaite à en avoir. Pour ce faire, la pauvre ne fait que faire le tour des toutes les églises et marabouts afin de parvenir à ses souhaits, impossible.
10 ans, toutes ses petites sœurs, ont chacune plus de deux enfants et elle, la grande sœur, point d’enfant, dix ans de mariage. Pourtant, elle a tout, voiture, un grand magasin, des voyages dans le monde entier pour des achats de marchandises et c’est dans ses magasins, que la plupart des femmes d’Abidjan, se ravitaillent, mais Pauline a un gros souci, il lui faut avoir un enfant, au moins.

Elle reconnaît que son mari lui fait bien l’amour, il jouit normalement et elle ne comprend pas les raisons de cette stérilité qui brise tous ses rêves. Elle n’en dort pas et ce n’est pas logique. Très souvent, elle invite son mari pour des séances de prières et de jeûne, mais rien, aucun résultat concret.
Un soir, son téléphone sonne et c’est son ex qui se trouve en Europe qui l’invite à venir le voir si toutefois, elle est de passage dans son pays de résidence. Elle ne comprend pas. Cela fait bientôt plus de 25 ans qu’il ne l’a jamais appelée et pourquoi soudain, ce coup de fil et qui lui a donné son numéro. Elle réfléchit sans trouver la source. Mais ça la tracasse.

Une après-midi, elle fait appel à sa petite sœur qui connaît l’existence de ce dernier dans sa vie pour lui demander si, c’est par elle, il est passé pour avoir son contact. Sa sœur décline. Elle en profite pour se confier et demander des conseils. 

“Petite soeur, comment tu interprète cette apparition subite de Jérôme que j’ai laissé depuis plus de 25 ans et qui réapparaît subitement?” lui demande-t-elle. Sa sœur, calmement, lui conseille de le voir, puisque ce n’est pas ici qu’il souhaite la voir, mais en Europe.

Deux semaines après le coup de fil, Pauline se rend en Europe, dans le pays où réside Jérôme et elle l’appelle. Les deux se donnent rendez-vous dans un grand hôtel de la place. Après le dîner, Jérôme réussit à la convaincre et la flamme renaît. C’est dans la mauvaise période de Pauline, les deux font l’amour copieusement.

Elle ne s’en est souciée de rien, puisqu’elle s’est crue stérile, elle s’est laissée aller. Les deux renouent le contact. Pour ces rapports qui remettent le goût de leur ancien moment, Pauline ne pensait pas dutout qu’elle venait de prendre sa toute première grossesse. Elle fait ses achats et rentre à Abidjan. Les semaines qui ont suivi, elle se sent bizarre, elle vomit, ses seins grossissent, elle ne comprend rien et prend rendez-vous avec son gynéco, Dr Vincent, qui après l’avoir occultée, analysée, lui annonce une grossesse.

Elle crie, quoi, une grossesse, moi ? Le Dr lui dit oui. Par qui et comment cela lui est arrivée?  Elle réfléchit et son mari a commencé à la soupçonner.
Pour éviter des disputes, elle prend son avion et se rend à nouveau en Europe pour faire part à Jérôme, car c’est avec lui seul, qu’elle a eu des rapports.

Arrivée en Europe, elle appelle Jérôme qui est tout content et la rejoint le soir, dans le même hôtel. Elle lui dit tout, en pleurant et Jérôme la rassure que lui aussi, sa femme, un peu âgée, ne peut lui faire d’enfant et qu’il serait prêt à reconnaitre son futur enfant. Dilemne!

Les jours passent et l’atmosphère devient lourde et invivable dans le foyer de Pauline, mais elle ne veut pas entendre raison car son mari lui demande d’avorter. Une nuit, les deux sous le froid de la climatisation, engage le débat.

  • Jacques, dis-moi, je suis enceinte, au lieu de t’en estimer heureux d’être papa, tu m’encourages à avorter, je ne te comprends pas. Elle lui pose la question.

Jacques est très embêté car il sait en âme et conscience que cette grossesse n’est pas de lui et s’il la reconnaît, il aurait trahi, les esprits du fétiche qui lui procure autant de fortune. Jamais de grossesse, lui a conseillé le féticheur. Tellement sa femme le chauffait, il s’est mise à table et lui a tout avoué. Pauline baigne dans le luxe.

Elle demande donc le divorce pour éviter d’exposer l’avenir de son futur bébé, qui plus est un garçon. Jérôme et elle s’appellent tout le temps pour s’échanger, avoir les nouvelles de sa grossesse.

Jacques décline le divorce, mais autorise sa femme, d’accoucher et remettre l’enfant à son père pour regagner le foyer. Tout le quartier et la famille biologique de Pauline, jouissent de cette bonne nouvelle. Quand des amis de Jacques le rencontrent, ils le félicitent, mais il joue le jeu. Il va prendre une maison loin de la sienne à Pauline.

Les mois avancent et Pauline décide d’aller accoucher en Europe, elle en a les moyens et elle va accoucher de son mignon bébé. Il ressemble trait pour trait, à son père Jérôme, clair. Il reconnaît son fils, qui ne pourra pas venir chez-lui, parce que de son côté, sa femme est incapable de lui en donner et qu’est-ce qu’elle décidera? Les blanches ne sont pas comme les africains qui peuvent faire des concessions face à certaines situations. S’il divorce, lui aussi perdra tout, car avec sa vieille femme, ils ont acquérir des biens.

Il donne le nom de son père biologique à son fils héritier, BROU Anselme. Dans son berceau, l’innocent joue avec ses jouets. Sa mère lui a fait des photos pour les envoyer à ses parents qui jouissent d’un heureux bonheur. Pauline est allée accoucher en Europe et son enfant se porte à merveille. La clinique dans laquelle elle a accouché prend tellement bien soin d’elle qu’elle resplendit comme un soleil matinal.    

Son mari se décide à la rejoindre pour voir l’enfant. Arrivé à leur chevet, il voit le bonheur qui est couché dans son berceau, en train de dormir. Il est beau, mais il n’est pas de lui.

Jérôme s’est acheté un deuxième portable dans lequel, il met les photos de son fils héritier.

Les deux jours passés à côté de sa femme et du fils de l’autre, ils regagnent Abidjan. 

                                                          BROU Marc

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.