France: Rachel Kéké, le mythe qui dérange et dont les médias cherchent à fragiliser

De zéro à un héros, la franco-ivoirienne Rachel Kéké est devenue la coqueluche des médias français et bientôt à l’international, puisque dans leur entendement, jamais une femme d’une telle classe sociale ne peut gravir un tel échelon pour avoir la caution électorale d’une frange des français. 

L’élection de la députée Rachel Kéké crée des polémiques

L’élection à l’assemblée nationale de la franco-ivoirienne, Rachel Kéké, a été une explosion de joie pour ses compatriotes et de surprise pour les français. Les médias français vont chercher à se rendre dans sa ville de naissance pour s’imprégner de son enfance, de sa condition de vie dans son pays d’origine, mais ce qui est sûr, ils ne vont pas la lâcher. Ils vont tout faire pour lui trouver des poux dans ses cheveux, c’est pourquoi, elle doit contrôler désormais son langage et ses propos.

Pour ceux ou celles qui l’entourent, la prudence et la vigilance seront de mise. Ils ont commencé déjà à lui trouver des failles, du genre, elle a soutenu Marine Le Pen, Gbagbo Laurent, ou son ex femme Simone dont elle se sent très proche.

Madame Rachel Kéké est devenue un scoop et c’est sur elle que les éclairages des télévisions seront fixés et elle sera au centre des propos racistes dans des débats de télévision.

Son élection est une grande première et ce ne sont pas tous les français qui y adhèrent. C’est pourquoi, elle doit redoubler de vigilance dans ses sorties, mais qu’elle sache l’ouverture politique et la force qu’elle vient d’ouvrir pour les immigrés naturalisés qui peuvent enfoncer des portes, pour se hisser au firmament.

A ce propos, voilà ce que craint, un de ses compatriotes, Asmara Norbert Gnabou: « Qu’est-ce que je vous disais à propos de notre sœur Rachel Kéké ? Qu’il fallait lui coller la paix car la presse assassine allait bientôt mettre les pions à sa trousse. Ça vient de démarrer. Sachons lire entre les lignes de ces calomnies et soyons sereins » sur sa page facebook. 

Ce que les autres n’ont pas vu venir, les médias sont capables de tout et les exemples, nous en avons assez. Le cas de DSK, François Fillon, pour ne citer que ces deux cas, ce n’est pas une fragile comme l’ivoiro-française qui y échappera, c’est pourquoi ceux qui l’entourent doivent cesser de danser et l’aider à se mettre au travail car, ces mêmes français l’attendent au tournant pour la juger. Ce que nous retenons, de son courage est née une étoile, une icône, un espoir de militantisme en France.

A vouloir trop se jeter sur le premier journaliste venu sans prendre de disposition, pourrait lui jouer des tours. Elle dérange le système et elle sera dans la zone de mire des médias qui peuvent chercher à la détruire que de l’aider dans ses fonctions parlementaires.

Rachel Kéké a été élue au parlement français et non dans celui de son pays, donc, les ivoiriens doivent en jouir de ses honneurs et non de son capital. Par contre, ceux qui sont sur le territoire français, s’ils sont confrontés à des soucis administratifs, peuvent-ils la solliciter ?                           

 Joël ETTIEN
                            Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.