Côte d’Ivoire: Les ivoiriens tourneraient-ils en rond?

Est-ce que les ivoiriens ne sont-ils pas en train de tourner en rond pour leur avenir ? La Côte d’Ivoire est un pays merveilleux et extraordinaire, et les ivoiriens sont très faciles à gouverner; exemple du président Houphouët Boigny qui les a tenus au but d’un siècle quasiment.

Vers quel horizon semblent se tourner les ivoiriens ?

Dans sa lutte de maintien au pouvoir, le président Ouattara a tout fait pour écraser l’opposition qui s’est muée dans un silence à tel point que tous les ivoiriens attendaient le retour du président Gbagbo et il est arrivé qui donne des signes dans ce sens. Mais que fait un pouvoir sans contre-pouvoir ? Si pour toute critique la justice se met aux trousses des tenants des propos, tout le monde s’est rangé dans son propre placard et le pouvoir s’est retrouvé seul sur cette grande autoroute. C’est vrai que beaucoup a été fait, mais il en reste encore beaucoup à faire et c’est ensemble que tout peut se réaliser.

Il n’y a aucun autre sur cette voie et à force d’être seul, ses propositions se sont liguées face à l’immobilisme et tout semble s’exténuer. On a cette nette impression que tout tourne en rond.

Celui que tout le monde attendait et qui est arrivé, à peine, il ouvre la bouche que tout panique et qui oblige au parti politique au pouvoir de chavirer dans tous les sens. Les propos frisent la peur et la revanche, mais contre qui ? Pour qui au fait les leaders politiques pratiquent la politique ? Est-ce pour eux-mêmes qu’ils se battent ou pour le peuple ?

Ce peuple qui est souvent exclu dans les prises de décisions capitales et importantes. Le panier de la ménagère est quasiment vide et dégarni de vitamines. Le regard des hommes politiques ivoiriens et leur vision de la conduite de celle-ci doivent-ils rassurer ou faire craindre le pire ?

En matière de programme et d’innovation, par constat, on dirait qu’ils sont tous face au mur. On ne sent rien de nouveau et ça donne l’impression des redites et du réchauffé. Madame la première ivoirienne, fait ce qu’elle peut pour donner un peu d’oxygène aux femmes, mais il n’y a plus d’attraction novatrice et tout tourne presqu’en rond.

Au niveau de l’emploi, on constate qu’il y a trop de diplômés qui errent dans les rues et pour finir dans la désillusion totale et cela encourage la prostitution, la paresse, les vices, l’abus de l’alcool, la dépravation des mœurs et plus, la société semble ne plus avoir de repères. On est presque dans la théâtralité qui occupe l’actualité sans produire d’espoir puisque tout se limite dans les paroles.

Les visions ne se sont pas conformées à l’usure du temps pour s’acclimater et du coup, on sent une espèce de blocage qui fait tout tourner en rond. Il faut innover, la pandémie l’oblige. Est-ce que le pouvoir va-t-il admettre qu’il y ait une vraie opposition qui serait à son avantage, qui lui proposerait de nouvelles options si et seulement si, celle-ci en possède dans son baluchon car le tout n’est pas de parler. Est-ce que les paroles dites vont-elles dans le sens de l’éveil et des solutions pour permettre au pays de rebondir économiquement ?

Il faut proposer du nouveau aux ivoiriens. Le virus a balayé tous les projets anciens et la vie devient monotone. Il faut sans faire trop de calcul appel à d’autres compétences pour apporter du souffle nouveau aux projets ralentis par la pandémie du Coronavirus. Sinon, à cette allure, on a la nette impression que tout est ralenti et tout tourne en rond.

                                       Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.