Les racines de la nouvelle classe politique du Grand Vé-Baoulé (épisode 2): KOUAME KOUASSI PATRICE (KKP)

Natif de yamoussoukro, kouamé Kouassi Patrice (KKP) a été formé à l’Université du Bénin où il embrasse des études de Droit en 1984. Il obtiendra sa maîtrise de Droit option ‘’Carrières judiciaires’’, puis le Certificat d’Aptitude à la Profession d’Avocat avec Mention à l’Université d’Abidjan Cocody en 1993. Il entame sa carrière en 1993 au sein du cabinet de Maître René Bourgoin en qualité d’avocat stagiaire, puis en 1995 en tant qu’avocat collaborateur. Deux ans plus tard, il devient avocat associé au cabinet Bourgoin & Kouassi et à ce jour, au cabinet Emeritus.

Élu avec 63% des voix dans la circonscription électorale de Yamoussoukro en décembre 2016 sur une liste indépendante, il fait son entrée au parlement ivoirien et devient Secrétaire du bureau de l’Assemblée Nationale et membre de la Commission Sécurité Défense. Il réintègre par la suite le PDCI-RDA en tant que membre du Bureau Politique et du Grand Conseil Régional, et exerce la fonction de secrétaire général de la section Abla Pokou de Yamoussoukro. À 58 ans, kouamé Kouassi Patrice(KKP) est courtisé par les plus grands partis de côte d’Ivoire.

Connu pour son talent oratoire, sa capacité à rassembler, à susciter l’adhésion à son projet, il a réussi à convaincre les populations de la cité des lacs. Transcendant par-delà les clivages traditionnels, à l’instar de Charles Konan Banny, KKP prend la dimension d’un véritable animal politique dans le « Vé-Baoulé ». En effet, ayant compris que ce talent ne doit pas être utilisé pour maquiller la pauvreté d’un projet de société, l’ex représentant du Barreau de Côte d’Ivoire à la Commission Centrale de la Commission Électorale Indépendante de 2005 à 2011 va nourrir des ambitions présidentielles au fil du temps.

Sa capacité à dépasser les intérêts spécifiques de son parti pour servir le bien public (national) est une qualité qui milite en sa faveur. Toutefois, au-delà des questions de compétences, de formation et de CV, KKP traîne des casseroles qui occasionnèrent sa défaite aux législatives du 06 mars 2021. ¿Lo que realmente paso?

En dépit des soupçons de fraudes dont-il accuse le Rassemblement des Houphouëtistes pour la démocratie et la paix (RHDP), les causes lointaines, profondes ou réelles de son échec sont entre autres : sa sortie publique contre les pratiques jugées autocratiques de Guikahué et son accointance avec Kouadio Konan Bertin(Ministre de la réconciliation).

1- son désaccord sur les critères d’éligibilité (convention du PDCI) jugés trop fantaisistes et ses accusations contre la gestion de Guikahué.

Alors qu’il multiplie les initiatives pour se porter lui-même candidat, vingt ans après avoir perdu le pouvoir à la suite d’un coup d’État militaire, le président Henri Konan Bedié avait mal perçu la démarche de kkp. En effet, dans une note de trois pages déposée le 1er avril 2020 sur le bureau de Guikahué, KKP énumère une série de récriminations envers la gestion financière, humaine et stratégique du numéro deux du PDCI. Il lui reproche d’abord son vote d’abstention lors du Congrès destiné à modifier la Constitution et organisé à Yamoussoukro, mi-mars « alors même que tous les députés avaient voté non », ensuite il dénonce une condition non statutaire(critères d’éligibilité) destinée à écarter toute velléité de candidature provenant de la « jeune génération ».

La fronde menée par le député Kouassi Kouamé Patrice (KKP) à l’encontre de Maurice Kakou Guikahué, secrétaire exécutif du parti, crée des remous au sein du PDCI à quelques mois de la présidentielle. Cette démarche « anticonformiste » a favorisé d’une part l’abstention des militants orthodoxes et d’autres part « un vote sanction » des Bedieites.

2- son accointance avec Kouadio Konan Bertin

À quelques jours de l’élection présidentielle, KKP a été perçu avec kkb dans une cérémonie à yamoussoukro.(souvenez-vous de la déclaration de kkb mentionnant le maire Gnramgbé Kouakou Jean comme l’un de ses soutiens. Ainsi, la présence de kkp à ses côtés en cette période serait-elle une simple coïncidence ?) Une chose est sûre, s’afficher avec Kouadio Konan Bertin (kkb) en cette période n’est pas anodin. Car, il est peint comme « le mur » à travers lequel, le lézard a pu pénétrer la maison familiale. Laissant une tâche noire sur l’image du député sortant, le camp adverse l’a sue transformer en publicité négative d’où la défaite silencieuse du candidat du pdci.

Perdre une élection dans le bastion emblématique du pdci (yamoussoukro) avec un tel enjeu ? Il est clair que l’ambition nationale soit mise en péril. Kkp pourra-t-il rebondir et reprendre sa place de choix dans la nouvelle classe politique du Vé-Baoulé ? Nous répondons par ceci: «La politique est un monde cruel, mais les politiciens sont préparés à ça»

Épisode 3, à suivre…

Nationalisme Idéal

Analyste politique 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.