Côte d’Ivoire: Quelle opposition face à la France-Côte d’Ivoire?

Maintenant que les ivoiriens ont vu le chemin de la concentration et de la vérité, ils vont passer à l’offensive avec leur opposition qui se contredit et pour peu, qu’on attire son attention, les militants, ou du moins certains, se livrent à la vindicte. Le vrai sujet qui vaille la peine d’envisager, que veut l’opposition ivoirienne, face à la France-Côte d’Ivoire, enracinée depuis des lustres ? Quelle est cette opposition face à cette corde au coup de chaque ivoirien, face à l’adversaire la France qui est à la base de tous les maux dont souffre ce pays?

Dans quel sens se trouve l’opposition ?

Ce matin, nous lisons çà et là que l’opposition veut participer aux futures élections locales et certains appellent à l’union pour les aborder et les gagner. Quand dans cette opposition certains leaders qui ont vécu l’âge de la pierre taillée contre la Côte d’Ivoire, et des partis politiques qui y ont contribuée, je voudrais savoir, la Côte d’Ivoire s’est-elle débarrassée de l’occupation militaire française qui est implantée sur son sol depuis des lustres ?

Lequel de ces opposants a pu poser le problème qui bloque le développement de ce pays ? La Côte d’Ivoire, est le premier producteur mondial de cacao, quelle usine de transformation est implantée sur le sol ivoirien pour transformer ne serait-ce qu’en produits semi-finis ? La Côte d’Ivoire, est un pays béni des dieux, peut-on développer un pays, avec des enseignes commerciales, dans un pays où le taux de pauvreté atteint plus de 70% de la population ?

Chaque opposant s’est essayé à la gestion de ce pays, qui en a fait son cheval de bataille ? Tout ce qui les importe pouvoir comme opposition, c’est le pouvoir, sachant bien que là aussi, il y a des cordes, des mots de passe et codes d’accès, ils le savent et ils font tourner le peuple en bourrique.

Ils veulent aller maintenant aux élections locales (législative, municipales, régionales, sénatoriale) avec quelles institutions ? Les mêmes CEI et le conseil constitutionnel ?

Inutile de se battre contre un mur. Si tel est leur vœu, donc ils reconnaissent maintenant la victoire du président Ouattara ? Puisqu’on n’aborde, ces élections locales qu’après celle des présidentielles. Dans le cas d’espèce, toute modestie mise à part, il faut aborder les choses selon tous ses aspects, pour éviter d’envoyer la jeunesse à l’abattoir.

En plus, comment quelqu’un qui a été vaincu, peut se permettre de dicter sa loi à son vainqueur ? Le président Bédié, ne peut pas s’imposer ou imposer quoi que ce soit au président Ouattara, puisqu’il n’a pas les leviers du pouvoir, alors tenir des discours de brave alors qu’on est vaincu, c’est berner toute la population. Ce qui semble manquer au président Bédié, qui a pris les reines de l’opposition, c’est ce courage et cette sincérité de dire au peuple, qu’en état actuel des choses, comme le président Ouattara a gagné les élections, comment s’organiser, en tant qu’opposants. Il n’y a pas de honte à cela car dans tous les pays au monde, il existe des opposants.

Ils croient qu’ils auront de la majorité dans toutes élections ? Je ne crois pas parce que simplement, le RHDP qui a gagné les présidentielles, gagnera encore tous les suffrages locaux, parce que telles que montées et ficelées, les organisations régissant ces élections sont en sa faveur.  

Au lieu de tout le temps, tomber pour se faire du mal et recommencer toujours les mêmes acrobaties mortifères, il vaut mieux, je crois que l’opposition prenne la mesure des circonstances et se retirer pour mieux réfléchir. Être opposants, n’est pas un handicap, une malédiction, c’est persévéré dans cette posture qui est synonyme de méchanceté. Quand on a été vaincus dans une lutte, on n’invite pas ses militants à la mort. Pour celui qui sait ce qu’il veut, il est constant, fiable, cohérent et il voit l’avenir avec sérénité, en s’adaptant aux modes de fonctionnement de son adversaire. A cette allure, ne faites pas rêver les ivoiriens.

                                                          Joël ETTIEN

            Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.