PDCI RDA: Le choix des candidats, une épreuve de dislocation ou de renforcement

La date limite du dossiers de candidature à la candidature pour le choix des candidats à l’élection municipale est close. Beaucoup de cadres se sont précipités pour obéir à l’appel de la direction. Certains sont allés dans la discrétion et d’autres en fanfare. Tout va se jouer dans ces choix. A commencer par les vieux qui ne veulent pas céder la place aux jeunes, la direction du parti va contribuer à la dislocation de ce vieux parti légendaire qui semblait être implanté sur tout l’ensemble du territoire ivoirien.

Qui choisir et qui laisser au PDCI RDA ?

Sur le terrain, beaucoup de cadres n’ont pas arrêté de faire des opérations de séduction, en initiant des dons, de l’animation populaire, d’assistance et certains sont assis dans leurs bureaux luxueux pour se voir imposer par la direction, sans compter l’avis des bases. Quel cadre accepterait de voir ses dossiers invalidés alors que de par de ses actions sur le terrain, il semble acquis le cœur de ceux qui l’adulent et voudraient le voir à la tête de leur commune?

Quand on dit que le PDCI RDA se trouve à la croisée de son chemin, on n’a pas tort. Aujourd’hui, il y a trop d’offres politiques et la direction de ce parti doit en tenir compte dans ses dernières décisions auquel cas, c’est son émiettement.

Dans certaines localités comme Aboisso que nous connaissons le mieux, le maire sortant N’gouan Jérémie, ne veut pas s’ouvrir sur les jeunes cadres qui font la commune et entouré par quelques sbires, se croit encore adulé comme par la passé. Il est allé déposer ses dossiers à la direction et bientôt, c’est le choix. Le vieil Angouan Jérémie a été battu aux dernières élections législatives et dans la commune, il n’a pas eu le nez creux de provoquer une réunion pour faire le bilan de cet échec.

Il a été battu aux dernières élections législatives par 100 voix d’écart presque dans la commune. Pense-t-il que cette équation a été résolue pour rester encore à la tête de cette commune convoitée par des influentes personnalités comme le Dr Aka Aouélé, l’actuel président du Conseil Economique et Social qui est prêt à vendre sa peau pour arracher la commune des mains du PDCI RDA pour prouver au  président Ouattara qu’il ne s’est trompé, en lui confiant cette institution? 

N’gouan Jérémie sous-estime ces adversaires coriaces déterminés à lui faire la fête. Il lui serait préjudiciable d’écarter les jeunes cadres, comme les Bilé Alphonse. Il est parti seul déposer ses dossiers et eux aussi, ont fait pareil. A la guerre comme à la guerre, ces jeunes se disent militants de son parti à jour de leur cotisation. Mais que rien ne les ligotera à demeurer quelque part où on ne reconnaît pas leur importance et leur mérite.

Si nous prenons l’exemple de la commune d’Aboisso, la capitale du Sud-Comoé, c’est pareil partout sur toute l’étendue du territoire national et la direction aura du mal à convaincre les recalés. L’ouverture politique ivoirienne d’aujourd’hui, aucun militant ayant investi dans son succès ne sera prêt, à respecter les consignes de la direction de son parti, car parti ailleurs, n’est plus synonyme de trahison. 

Sur quelle base et en fonction de quoi, la direction retiendra tel et non un tel ?

Est-ce que la direction a eu le temps nécessaire pour jauger les prétendants sur le terrain? Est-ce qu’elle écoutera la base pour qui, elle veut choisir des candidats pour leur bien-être? Est-ce que certains n’iront pas acheter ce choix ?

Pour le moment, les autres partis politiques ivoiriens, tapis dans l’ombre, observent et ils n’hésiteront pas à les accueillir à bras ouverts, ces rejetés pour en faire des rois ? Attendons la fin de la décision pour voir, jusqu’où ira le choix des choix et ce que les frustrés décideront.

Joël ETTIEN
                    Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.