VERS QUOI NOUS CONDUIRA LE NOUVEAU PARTI DU PRÉSIDENT LAURENT GBAGBO ? Par Tapé GROUBERA.

INTRODUCTION

La semaine dernière, un ami m’appelle pour savoir la date de mon voyage à Abidjan (Côte d’Ivoire). Étonné, je lui demande pourquoi cette question ? Il me répondit que c’était par rapport au congrès, les 16 et 17 octobre 2021 prochains, du nouveau parti du président Laurent GBAGBO. Et il ajouta, « frère c’est maintenant qu’il faut clarifier sa position « . CLARIFICATION, le mot est lancé. Et pourtant ce n’est pas la première fois que cette histoire de clarification de positions soit demandée à certains hommes et femmes politiques ivoiriens. Nous allons parcourir brièvement l’histoire récente de la Côte d’Ivoire. Nous commérons par l’indépendance.

1. LA CLARIFICATION DE POSITION PAR RAPPORT À HOUPHOUËT-BOIGNY ET LE PDCI- RDA À LA VEILLE DE L’INDÉPENDANCE.

Dans son ouvrage, « Côte d’Ivoire : Pour une alternative démocratique », aux éditions L’harmattan, 1983, à la page 12, Laurent GBAGBO écivait ceci: « Entre 1945 et 1959, il existait en Côte d’Ivoire 5 partis politiques. »
Quels étaient ces partis et que sont-ils devenus ? Pourquoi ? Un bref rappel historique est nécessaire.
Ces partis étaient par ordre de création :
La SFIO (Société Française de l’international Ouvrière) de Dignan Bailly.
Le PDCI (Parti Démocratique de Côte d’Ivoire) d’Houphouet.
Le PPCI (Parti Progressiste de Côte d’Ivoire) de Kacou Aoulou
– L’EDICI (Entente des Indépendants de Côte d’Ivoire) de Koffi Blaise et Vamé Doumouya.
Le BDE (Bloc Démocratique Eburnéen) d’Étienne Djaument.
Vu que c’était la veille des indépendances, il fut demandé aux 4 partis de se dissoudre dans le PDCI car il se disait, à cette époque, que le président Houphouët-Boigny incarne la vision de la Côte d’Ivoire future. On était dans un ensemble à deux voies : soit, l’on est avec Houphouêt-Boigny et donc pour la Côte d’Ivoire qu’il incarnerait, soit on est contre la Côte d’Ivoire. Aucune voie n’était possible. C’est ainsi qu’il fut demandé à ces responsables de clarifier leur position: soit dissoudre leur parti et intégrer le PDCI, soit, refuser de le faire et ils seront considérés comme ennemis de la Côte d’Ivoire future. Finalement, tous ces partis se sont fondus dans le PDCI, et ainsi naquit le parti unique en Côte d’Ivoire qui règna pendant 30 ans.

2. CLARIFICATION PAR RAPPORT À ADO ET LE RHDP UNIFIÉ.

Le 18 mai 2005, à Paris, une coalition de partis (PDCI, RDR, MFA et UDPCI) est fondée. L’objectif de cette coalition fut de « chasser » le président GBAGBO du pouvoir d’Etat par tous les moyens.
Rappelons qu’à cette époque :
– Le RDR était dirigé par M. Alassane Dramane OUATTARA, et le président de la jeunesse, Karamoko Yayoro.
– Le PDCI était dirigé par M. Henri Konan Bédié , et le président de la jeunesse, KKB.
– Le MFA, parti de gauche était dirigé par M. Anaky Kobena, et le président de la jeunesse Stéphane Kipré,
– L’UDPCI était dirigé par M. Mabri Toikeuse, et le président de la jeunesse, Jean BLÉ Guirao.
À cette coalition politico-civile va se joindre la rébellion armée dirigée par M. Soro Kigbafori Guillaume. Cette coalition (politico-civile et militaire), grâce à la France, va, à travers un coup d’état, le 11 avril 2011 prendre le pouvoir d’état, en installant M. Alassane Dramane OUATTARA comme le nouveau chef de l’état ivoirien. Au cours de la gestion du pouvoir, les contradictions internes vont apparaître. En effet, à la fin de son second mandat, à la tête de la Côte d’Ivoire, M. Alassane Dramane OUATTARA décide de transformer la coalition RHDP en un parti politique unique : RHDP UNIFIÉ. La date du 16 juillet 2018 est arrêtée. Là, il est demandé à tous les partis de se fondre dans ce nouveau parti. En fait, il s’agit d’un parti unitaire qui devrait phagocyte tous les éléments de coalition. Il est alors demandé aux différents responsables de clarifier leur position. M. Bédié et le PDCI, réfusent, et décident de ne pas faire partie de ce nouveau parti. Tout comme Soro Kigbafori Guillaume, President de l’assemblée nationale à cette époque. Ces deux cités se sentiront trahis. Bédié et le PDCI seront accueillis, à bras ouverts, par les partisans de l’opposition, surtout par le président GBAGBO- qui le reçoit à Bruxelles, le 29 juillet 2019. M. Soro Guillaume sera également accueilli par l’opposition. Finalement, le RHDP UNIFIÉ, ne sera plus que le RDR seul. Puisque le MFA et L’UDPCI ont également quitté le navire RHDP.
Et tous ces anciens de la coalition vont se joindre à l’opposition de départ, combattre le 3ème mandat illégal de M. Alassane Dramane OUATTARA, aux élections présidentielles du 31 octobre 2020 passées.

CONCLUSION

Comme nous venons de le voir, « clarification de position » dont il est question ces derniers temps n’est pas nouveau dans l’histoire de la Côte d’Ivoire. Utilisé à la veille de l’indépendance, il conduisit par la suite au parti unique pendant trois décennies. À la veille des élections du 31 octobre 2020 passées, la même expression fit surface. Les conséquences est que les anciens coalisés, sont devenus presque des ennemis. Aujourd’hui, avec le nouveau parti du président Laurent GBAGBO, la « clarification de position » revient de nouveau. Vers où cette clarification va nous conduire après le 17 octobre 2021?
Comme nous aimons l’écrire: L’HISTOIRE EST LE TRIBUNAL DES PEUPLES

Fait le 14/10/2021

Tapé GROUBERA, Président du Mouvement pour la Renaissance de l’Afrique (moraf).
Auteur du livre CES AFRICAINS ENNEMIS DES AFRICAINS.
Mail : moraf.afrique@gmail.com.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.