Coopération France-Afrique: Il faut revoir les accords de coopération sinon, la Russie arrive.

Après sa tournée en Afrique, est-ce que Macron peut convoquer un grand sommet France-Afrique pour revoir de fond en comble la révision des vieux accords de coopération qui bloquent le développement de tous ces pays, ayant en partage la langue française? Il faut que le rapport en l’Afrique et la France soit des rapports gagnants-gagnants, l’époque de l’influence est passée.

Que donnera la tournée de Macron en Afrique ?

Si c’est pour tenter de bloquer la pénétration russe dans les pays africains francophones, c’est peine perdue. Ce que les africains veulent désormais, c’est la révision des vieux accords de coopération qui date de plus de 70 ans et qu’aucun président français élu, n’ose aborder et pourtant, il le faut absolument.

La force de pénétration russe inquiète, au plus haut niveau, la politique France-Afrique de l’Elysée, alors dans la précipitation, Macron a fait un tour de plus de 360° dans certains phares africains, comme le Cameroun, le Bénin, la Guinée-Bissau parce que son président Umaro Embalo préside au destin de leur CEDEAO.

Mais, les choses actuelles ne se télécommandent plus depuis le Quais d’Orsay comme par le passé et l’Afrique doit se montrer hospitalière aux BRICS, comme l’Europe l’avait fait pour la dépecer à la fin de 19ème siècle.

Il y a de nouvelles réalités mondiales qui s’offrent à tout le monde entier et les pays africains ne doivent pas rester dans l’expectative, mais se montrer ouverts à recevoir les nouvelles technologies que les pays émergents inventent et qui peuvent participer à son développement.

Bien qu’il ait reçu triomphalement Emmanuel Macron, le Cameroun a bien contracté, une approche a été faite en matière de sécurité entre ce pays et la Russie.

Le vieux Sassou N’guesso, est percuté par les affaires dites, les biens mal acquis, ne sera plus ce docile qui doit obéir sans réfléchir. L’offre et l’approche de la Russie lui permettront d’avoir un nouvel allié de poids. 

Quant au président Patrice Talon, qui a la nostalgie du passé et qui voudrait demander de la formation de qualité, ses compatriotes croient que Macron est venu chez-eux pour revoir le système de remplacement du président Talon. Autrefois, il y avait des coopérants formateurs qui se chargeaient de la formation et de la qualification des cadres africains et depuis leur départ, il y a un manque à gagner et le président Talon veut combler ce vide, avec les français.

Maintenant, il appartient au président Macron de convoquer d’urgence un sommet pour la révision si la France veut encore avoir une coopération équilibrée de gagnant-gagnant avec ses colonies, pour revoir les accords de coopération, dont on peut résumer en quelques points, à savoir le problème de la monnaie, de la diplomatie, la défense, le commerce. Puisque c’est la France et les USA qui forment la communauté internationale, il faut qu’ils fassent tout pour que l’Afrique puisse avoir des responsabilités à l’ONU, surtout dans le conseil de sécurité, le choix des présidents africains doit-être l’affaire des africains et non de l’Elysée…

Voilà quelques suggestions aux français, sinon, aucun état ne peut interdire un autre état de chercher ses partenaires pour son développement.

                                                      Atchory Alexandre

                                         Correspondant à Abidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.