Côte d’Ivoire: Le décès d’Amadou Soumahoro peut-il réjouir le camp Bictogo.

Le décès de Amadou Soumahoro, président de l’Assemblée nationale ivoirienne, ne peut pas réjouir le camp de son successeur Adama Bictogo. Nous lisons depuis l’annonce du décès du député de Séguéla, président de l’Assemblée nationale, Amadou Soumahoro, qu’il a déclenché une joie populaire dans le camp de Bictogo. Nous avons sans cesse rappelé qu’on ne se bat pas au chevet d’une mère malade et vouloir aussi provoquer une guerre entre les mêmes fils de la même formation politique, serait sujet de division.

Amadou Soumahoro est mort

En Côte d’Ivoire, les décès ont été toujours des moments de rencontres et de rassemblement et dire que Bictogo se réjouirait de la mort de son grand frère, c’est trop pousser le bouchon loin. 

Nul n’est éternel et tous passeront, c’est pourquoi, en pareilles circonstances, il ne faut pas envenimer l’atmosphère et laisser les actes humains se produire. Le RHDP est dans le recueillement car quoi qu’on dise, celui qui vient de décéder, était un grand commis de la nation et sa perte est ressentie par tous les ivoiriens. Dans le communiqué lu à la télévision nationale, signé par le président de la république, tout y était: amitié, reconnaissance.

La Côte d’Ivoire perd encore un de ses illustres enfants et non des moindres, le président de l’assemblée nationale. Il faut à cet effet de la compassion. Tout le monde le savait malade et il a rendu l’âme sur le sol ivoirien. Paix sur son âme !                                                    

Joël ETTIEN
                    Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.