Côte d’Ivoire: Le football serait-il en train de mourir?

Comment peut-on vouloir promouvoir le football sans y mettre de la vraie volonté que tout le temps le politiser ? Pourquoi les ivoiriens n’ont pas eu leur finale de football pour leur fête de l’indépendance ? En quoi le Coronavirus pouvait annuler cette rencontre importante ? Pendant qu’à Tokyo les équipes jouent dans des stades vides, pourquoi les ivoiriens n’ont pas eu leur bonheur ? Le football ivoirien se meurt.

Le football en pleine décadence

Les fanatiques de ce sport pouvaient se mettre devant leur petit écran pour jubiler en criant de joie ou de tristesse à la vue de leurs équipes qui devraient logiquement compétir.

Une commission de redressement et de normalisation du football ivoirien est mise en place pour redresser ce sport roi, en quoi consiste son rôle ? Est-ce bloquer toute compétition le temps qu’elle rende compte de sa mission ? Si les athlètes ivoiriens ont évolué à Tokyo, qu’est-ce qui a donc privé les autres de leur légendaire finale de football du 6 août ?

A chaque 6 août, les deux grands clubs finalistes du football, se donnaient en beau spectacle au stade Houphouët Boigny et l’équipe victorieuse brandissait son trophée à la grande joie de ses supporters. Cette année, on n’en a pas entendu parler.

Le comité de normalisation n’a pas fait sa part et l’amour du football s’éloigne davantage de ses nombreux supporters. Ils ont tous en tête, leurs grands leaders qui ont brillé en Europe, comme Didier Drogba, les frères Touré, mais localement, qu’est-ce qu’on fait pour revigorer ces souvenirs ?

On ne sent pas ce comité de normalisation sur le terrain, sinon, comment expliquer le manque de finale à la fête de l’indépendance ?

Ah, ASEC contre l’Africa sport ! Quand pour la promotion faite sur les ondes de la radio Côte d’Ivoire par des journalistes autrefois qui eux-mêmes vivaient la chose, des supportes des pays limitrophes se déplaçaient pour venir assister aux derbys. Maintenant qu’il y a plusieurs télévisions et radios sur la place, c’est le moment où les journalistes sportifs devraient donner de leur corde vocale pour fédérer ce sport roi. Hélas !

Le temps de la raison et des fêtes semble révolu. Les ivoiriens ont raison de se détourner de leur sport roi et supporter les clubs étrangers puisque sur place, on ne fait rien pour leur football.

Pourtant des stades sont en construction, surtout celui flambant neuf d’Anyama dénommé le stade d’Ebimpé. Qui sont ceux qui viendront localement soutenir les éléphants puisqu’il n’y a plus de ferveur ? L’engouement sur le football a baissé considérablement et pourtant, les différentes télévisions en sont demandeuses.

Alors nous voudrions savoir le rôle du comité de normalisation ou, faudrait-il que les fans attendent d’abord qu’il finisse « son audit » ?

                                                            Joël ETTIEN

         Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.