Côte d’Ivoire: Les prochaines élections vont créer des surprises.

La cartographie politique ivoirienne va basculer dans les prochains mois, à la grande surprise de tous les militants et surtout des leaders politiques eux-mêmes. En Côte d’Ivoire, quand on parle de politique, c’est comme dans un parking où chacun dispose de sa place depuis, mais le parking sera détruit dans les prochaines élections.

Le temps des élections arrive à grand pas

A l’époque, quand on dit PDCI RDA, on voit en majorité le V baoulé. Quand on parlait aussi du RDR, devenu RHDP, on voit tout le grand nord, tandis que l’ouest était considéré comme le fief du FPI, devenu hybride aujourd’hui.

Depuis quelque temps, on observe l’absence et l’inefficacité de l’opposition ivoirienne qui soit complote avec le pouvoir pour l’aider à ravir tous les bastions historiques des vieux partis pour démontrer sa suprématie et sa majorité sur le terrain, soit elle est en perte de vitesse. Un muscle qui ne travaille pas s’atrophie. L’opposition ivoirienne est atrophiée et n’a plus rien à proposer. C’est déjà trop tard, car pour des partis politiques qui se disent sérieux, c’est depuis la proclamation des résultats des élections passées, qu’ils devraient tirer les grandes leçons pour se remettre en ordre de bataille.

Sur ce sujet, le président Gbagbo a constitué un gros espoir et son retour était comme l’arrivée d’un messie. Il arrive et ce qu’on voit, la dislocation de son parti politique, le divorce d’avec sa première épouse et les militants de ses bases, vont se retrouver dans des confusions et à la fin, c’est le RHDP qui va ravir tous les sièges.

A Toumodi par exemple, qui était censé appartenir au PDCI RDA, les cadres se mangent le nez, se marchent dessus, et on préfère procéder à des nominations. Du temps du président Houphouët, un membre du bureau politique avait presque un rang de député. Aujourd’hui, cette fonction est galvaudée, n’importe qui devient membre du bureau politique et ça continue. Soit, tous ces partis acceptent d’accompagner le pouvoir à démontrer qu’il est majoritaire, soit ils sont dans l’incapacité de prouver, de proposer et d’innover. Ainsi, l’ancienne cartographie politique n’a plus sa place et la surprise sera de taille.

Le RHDP va commencer par les municipales, où il va ravager l’histoire, ensuite, les présidentielles où dans certains fiefs, il aura des scores à fendre des larmes pour les nostalgiques et enfin, sa majorité à l’Assemblée Nationale sera simplement fantastique.

Tous les vieux partis politiques ivoiriens sont aux arrêts et incapables de le reconnaître pour faire appel à des jeunes. Ils persistent dans le mensonge, mais seul celui qui ne veut pas voir nous dira le contraire. Ils ont tous démissionné et entretemps, le président Ouattara procède à des nominations géopolitiques et stratégiques qui vont surprendre.

Le hola, c’est dans le choix des candidats, les plus nuls seront choisis par leur direction moyennant finance pour frustrer les plus méritants qui vont se retrouver dans le camp du RHDP. On n’a de cesse de le répéter que ces prochaines élections, la Côte d’Ivoire ne doit plus montrer son incapacité et livrer à la face du monde la cruauté et l’insensibilité pour laisser des morts à travers des violences.

Une élection est faite pour le bien-être des populations et non pour leur destruction.

                                                      Joël ETTIEN
                      directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.