Côte d’Ivoire: M. Pascal Affi N’Guessan fait renaître l’espoir pour une opposition crédible et engagée pour la libération des ivoiriens.

     Pascal Affi N’guessan, la pierre rejetée est devenue la principale.

Pascal Affi N’guessan redonne de l’air à l’opposition ivoirienne

Comme en politique, les reconnaissances sont rares et les acteurs se froissent au gré des temps anciens parfois vétustes, pour tracer leur destin, Pascal Affi N’guessan, vient de mettre la confusion dans l’esprit des ivoiriens, surtout des GORS et de ceux qui ne voyaient plus loin à cause des lourdeurs et des temps durs.

Affi Nguessan, est allé jusqu’à défier, le puissant Ouattara dans son bureau.

Pascal Affi N’guessan, en dépit de tous ses efforts, certains de son parti le fpi, pour peu, ont oublié le sens et la direction du combat et se sont acharnés contre lui. Affi N’guessan aussi, a fait la pénitence, il a subi la cruauté de la barbarie des geôliers coupables qui se promènent, avec leur manteau de criminels, entrain de s’acharner entre eux-mêmes et dont les ivoiriens, s’ils prêtent un tant soit peu, attention, entendront leurs cris jacassés pour se confondre.

Pascal Affi N’guessan a fleurté avec le diable. Il a été lapidé et sa croix au quotidien, devenait de plus en plus lourde. Il n’avait aucun soutien et M. Ouattara, le sentant capable, donnait des signes d’affabulation et de complicité. Affi assumait sans mot dévoilé, mais continuait son périple, jusqu’à ce que son « père » Laurent Gbagbo, le fasse appeler et le revoilà qui démembre tout, affronte la rage de vaincre, face à un pouvoir ivoirien désuet, agonissant, chambrant du faux, toujours en conflit avec lui-même et à l’affût de reconnaissance national, qui ne vient jamais.

Le pouvoir de M. Ouattara est dans les cordes

Le pouvoir de M. Ouattara est dans les cordes et pourtant, il détient encore le pouvoir régalien, faut-il continuer de l’injurier ? Et cela fait combien de temps que tout le monde le maudit, l’insulte et qu’il continue de tuer, d’emprisonner et chasser les ivoiriens de leur pays ? M. Ouattara a cru qu’il avait exterminé toute l’opposition, eh bien, non. C’est maintenant, que tout va commencer, l’expression, David contre Goliath a son sens.

Que se sont-ils dit au juste à Bruxelles ? Quelle arme ou liquide mystique glissant, le président Gbagbo a dû frotter sur le corps de son Affi ? Celui-là, pour son Gbagbo, a été le premier maire de la commune de Bongouanou, où il avait institué, le concept de : « Bongo Festival ».

Quand on ne connait pas l’histoire, inutile de raconter des histoires. Pascal Affi Nguessan a pompé devant des va-nu-pieds, pensant pouvoir le décrédibiliser, il est resté dans la tradition « agni » avec sa tête dans le modernisme. Là où ils sont passés, Affi aussi est passé par là. avec une rancune voilée, sagesse pointillée d’humilité, les mots choisis sur le perron de la présidence, à ses côtés comme des gardes cercle, le puissant ministre Hamed Bakayoko. Affi a parlé au monde entier, pendant que certains sont assis dans leur salon pour se faire vénérer comme des papes, sans rien proposer si ce n’est de l’endormissement politique.

Il a agi en homme, parce qu’il sait dorénavant que son chef Gbagbo le soutient et l’a mis en orbite. Affi a tout essuyé, injures, calomnies, attaques, la pierre rejetée, est devenue aujourd’hui la principale. Ne soyons pas surpris de ce que l’avenir qui est le maître du temps, réservera à Affi.

Affi a plaidé même pour Soro Guillaume, mais dis donc. Affi a évoqué tous les freins qui bloquent la démocratie en Côte d’Ivoire, enfin, le voilà, à la tête de cette opposition qui cherchait un charismatique leader et qui vient d’en avoir un, et c’est Affi.

Quand on a les doigts dans la bouche de quelqu’un, on ne lui tape pas sur la tête, Affi a mangé du lion que lui a servi le puissant et l’immortel Laurent Gbagbo. Affi, vient de prendre date, pour l’avenir et l’histoire à témoin.

Comme dans une locomotive, vaut mieux taire toute velléité inutile pour occuper les premières places, car tout est dicté par celui qui oint, il s’appelle Gbagbo Laurent.

Pour connaitre les vraies feuilles d’un arbre, il faut aller aux pieds de celui-ci. Affi vient de le faire et s’il était de connivence, acheté, mouillé, aurait-il ce courage devant ces tueurs à gage pour dire haut et fort, ce que tout le monde pense haut dans leur salon ?

Qui ne sait pas que le maintien du président Gbagbo et de Blé Goudé est politique?

Observez très bien, c’est maintenant que tout démarre en Côte d’Ivoire. C’est dommage pour ceux qui sont encore dans l’émotion, qui refusent de croire et de voir. Les lignes vont bouger et le fpi arrive. Désormais, Gbagbo Laurent et Affi N’guessan forment une même chair et un même esprit. C’est l’essentiel.

                                                                                   Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.