Côte d’Ivoire: Le président Gbagbo fait déjà bouger les lignes.

Le président Gbagbo est arrivé depuis le 17 juin dernier. Il a commencé à montrer des signes et non des moindres. Il a mis le cap sur sa foi à nettoyer avant de se lancer dans la bataille politique. Pour la première fois, il a participé à un culte catholique à la cathédrale Saint-Paul du Plateau, qu’il connaît. Après cet acte spirituel, il va s’atteler à mettre de l’ordre dans ses formations politiques, le FPI et l’EDS. Le président Gbagbo fait déjà bouger les lignes.

Retour du président Gbagbo : et les lignes bougent

Pour ne pas être surpris pour subir les actes de ce revenu blanchi de la Haye, le RHDP ne va pas rester les bras croisés, et ses stratèges suivent les faits et gestes du président Gbagbo. Ils les analysent, les décryptent. Maintenant, les choses sérieuses vont commencer. Etant au pouvoir et ne voulant pas se distraire et perdre leur pouvoir, les cadres du RHDP vont rentrer sous peu en ordre de maintien de leurs acquis et gare à celui qui oserait les bousculer.

Quand on est au pouvoir, on est garant de la stabilité du pays tout entier et il y a des sujets sur lesquels on ne joue pas et ils sont au sérieux. Tous les partis politiques vont se positionner, tantôt avec les moyens de l’état, tantôt comptant sur leurs propres ressources. Qu’en est-il pour le PDCI RDA et que vaudra ce parti parmi ces conquérants déterminés et chevronnés sur la route pour le maintien et la reconquête du pouvoir d’état ?

Depuis le 17 juin dernier, la politique ivoirienne n’est plus la même. L’animation s’ouvre et le peuple doit s’attendre à des démonstrations hors pairs. Les choix d’autrefois vont subir des changements et chaque militant doit montrer patte blanche par rapport à son choix. Laurent Gbagbo est désormais dans les murs. Ça ne sert à rien de paniquer pour tomber dans les invectives grossières pour s’éloigner de ses militants qui ont désormais le choix parmi les partis politiques. Il faut rester calmes et montrer avec sincérité et bonne foi ce qu’on est capable de proposer et de faire.

Le PDCI RDA du président Henri Konan Bédié a-t-il compris que les signaux sont allumés ? Quelle direction doit-il prendre, avec qui et comment se chausser les crampons pour cette compétition qui se montre ardue ? Les débats vont s’ouvrir avec la multitude des chaines de télévision. Il faut que ces partis acceptent de répondre à toutes les invitations des journalistes et ne pas faire le faux-fuyant, le peuple ne pardonnera plus ces actes irresponsables pour tenter de se dédouaner avec des faux arguments.

Le président Laurent Gbagbo a commencé ses shows impressionnants qui lui attirent de la sympathie. Il sait benoitement que les pasteurs lui ont fait avaler des mensonges pour subir et il les quitte pour rejoindre la religion catholique, considérée comme la religion des sages, des responsables. L’homme Gbagbo en a pris de la graine pendant son séjour carcéral hollandais.

Le PDCI RDA dans tout ça, semble se cantonner sur ses hommages et ses vénérations et pendant ce temps les autres se sont formés et sont arrivés. Ils vont envahir le terrain. Les maîtres sont de retour. Les classes vont être très animées et j’ai bien peur pour le PDCI RDA qui a mis dans ses priorités, dans l’animation de la candidature de leur leader politique, le président Bédié pour le prix Nobel de la Paix, sachant bien qu’il ne remplit pas les conditions.

Le président Gbagbo est là et il connaît tous les acteurs de la vie politique ivoirienne. Pour ceux qui l’attendaient pour tisser des alliances, l’homme est triplement aguerri et averti. En tout cas, c’est du moins ce qui se trame à l’horizon. En plus, ils ont le temps devant eux pour s’organiser puisque les périodes électorales sont repoussées jusqu’en 2025.

                                                                     Joël ETTIEN

              Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.