Côte d’Ivoire: Si Soro Guillaume veut rentrer dans le processus, il a ses propres médicaments.

Soro Guillaume, son mal et ses médicaments sont entre ses mains. Il est le seul qui peut faire décanter sa situation si son exil le fatigue.

Soro Guillaume grand absent du processus de réconciliation nationale

La Côte d’Ivoire s’ouvre sur un nouvel horizon, un nouveau départ. Malheureusement, tous les acteurs de son évolution et de son blocage sont encore dans ses entrailles. Le président Gbagbo est rentré et s’est inscrit dans ce registre. Aussi, le peuple attend Charles Blé Goudé qui n’a pas les mêmes chefs d’égards que Soro.

Le président Gbagbo a plaidé pour la libération de tous les prisonniers politiques issus de toutes les crises et éventuellement pour leur retour sécurisé. Son appel est attendu puisque le chef de l’état, le président Ouattara, va décongeler la situation dans son discours du 7 août prochain.

En principe, le pays sera appelé à reprendre sa vie d’avant avec quelques réglages pour s’adapter aux nouvelles contingences modernes et immédiates.

Soro Guillaume a son mal et beaucoup de ses amis le partagent. Or, il a son remède qui peut le guérir. Il faut pour ce faire, qu’il change de stratégie de communication et s’inscrive dans la logique de l’unité et de la cohésion.

Il est écrit dans la Bible qu’au commencement était la parole et la parole était Dieu, donc sacrée. Loin de nous de farfouiller dans les causes de cette rancœur, nous voudrions seulement faire remarquer aux uns et aux autres que pour leurs seuls intérêts, la Côte d’Ivoire ne vivra éternellement dans la stagnation.

On dit souvent que trop parler c’est maladie, donc il faut que Soro Guillaume fasse asseoir ses communicants pour leur fixer de nouvelles orientations dans leurs discours, afin que ceux-ci deviennent conciliants.

Le président Ouattara devant le président Gbagbo a réaffirmé que le passé est passé et que les ivoiriens doivent se mettre ensemble pour construire la nation. S’il a accepté de recevoir le président Gbagbo, ce n’est pas lui Soro Guillaume qu’il a considéré de fils, qui resterait derrière la porte. Mais pour ce faire, il faut qu’il change le contenu de ses discours quand il s’agit de s’adresser au président Ouattara.

Depuis le 27 juillet 21, il n’y a plus de gors, mais de FPI tout court. Soro Guillaume doit faire pareil s’il veut vraiment faire partie de l’écurie, sinon toutes les sentences prononcées à son encontre tiendront la route.

S’il est vraiment un bon vivant comme on le voit, ce n’est que sur sa terre qu’il se sentirait mieux et non en exil. C’est pourquoi il doit veiller à changer la ligne éditoriale de son service de communication.

Il n’y a pas de raison qu’il reste en dehors de son pays avec des peines à vie sur sa tête, alors que tout cela s’est passé à cause du contenu de leurs propos.

Les ivoiriens ne veulent plus vivre dans la douleur où beaucoup perdent la vie sans compassion des acteurs. Aussi, s’il ne veut pas s’inscrire dans la logique de nouvelle orientation puisque le président Ouattara n’ouvrirait pas de cadre officiel pour la réconciliation, il lui sera difficile de marcher sur la terre des ancêtres. Ainsi donc, s’il a mal, il a aussi ses médicaments.

                                             Joël ETTIEN

               Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.