Côte d’Ivoire: Téné Birahima peut-il succéder au président Ouattara ?

Le président Ouattara ne prendrait jamais son « petit frère Téné Birahima » comme son successeur, mais il serait en train de faire la toilette dans son camp, pour sa future candidature en 2025 ou préparer le terrain pour quelqu’un d’autre, je peux peut-être me tromper, mais suivez mon regard. La Côte d’Ivoire n’est pas une monarchie, mais une république.

Téné Birahima, le successeur du président Ouattara ?

La mort de Gon Coulibaly avait attristé plus d’un surtout lui, le président Ouattara, le prétexte pour qu’il revienne sur sa décision, lui qui voulait partir et céder la place à une nouvelle génération. Pour parvenir à ses fins, il a arraché toutes les dents de l’opposition, qui est devenue comme un lion sans dents. Cette opposition qui se cherche, sait qu’elle ne doit plus compter sur les ivoiriens, à condition qu’elle se fasse aussi, sa propre toilette.

Les années avançant, tous les regards des ivoiriens, s’étaient braqués sur son fils adoré, Hamed Bakayoko qui vient de tirer sa révérence dans des conditions lugubres qui défraient la chronique. Certains observateurs politiques font une autre lecture de la situation ivoirienne. Ils y voient deux lectures. La première soit le président lui-même souhaite se candidater en 2025 et se débarrasse de ceux de ses lieutenants qui lui feraient ombrage ou soit, il prépare quelqu’un d’autre que la fameuse communauté internationale lui a déjà proposé, dont son petit frère est commis comme le lièvre.

Si tels sont les résultats de ces analyses, pourquoi, donner la mort ou pousser certains par des magies des empoisonnements, dit-on ? Toujours selon les mêmes observateurs avertis, ils estiment que dans ces derniers temps, la Côte d’Ivoire a fait tirer trop l’attention de la communauté internationale sur elle par ces affaires de drogue à répétition, ce qui n’est pas dutout bon pour l’image du pays, ces microbes qui tuaient en se substituant aux forces de l’ordre, l’état était sali et des soupçons pesaient sur ses proches. Alors s’il veut rempiler, il lui faut toiletter son propre entourage.

Alors, il met dans le flou de l’imaginaire, son petit frère Téné Birahima comme dans une course, le lièvre qui prépare la victoire du champion. Il prend des coups, mais il s’est préparé à ça et la république fonctionne en donnant la peur et la crainte à ses compatriotes.

Deuxième analyse non des moindres, soit lui-même va se candidater en 2025, alors, il lui faut là aussi, déblayer autour de lui, puisque l’opposition s’est affaiblie à telle enseigne qu’il bat toutes les cartes à ce sujet.

Ces temps-ci, il y a eu trop de sales affaires qui éclaboussent l’image de la république, des saisies de cocaïnes en grandes quantités, de la pédophilie et la Côte d’Ivoire ne se porte pas bien. Les auteurs semblent tellement importants au sommet de l’état soit dit en passant que le président Ouattara se sent dans l’obligation de laisser faire le temps sombre.

Dans cette incertitude, le temps jouera son rôle de laisser passer le temps et le nourrir par des supputations et interrogations, il n’a pas le choix. Il faut que les ivoiriens soient dans des analyses d’anticipation que de vivre dans l’émotion qui les surprend toujours.

Si on s’en tient aux analyses des sachants, le tour n’est pas encore joué et on ne sait pas encore si le président de la république n’a pas encore fini de battre ses cartes, mais le temps qui est l’autre nom de Dieu nous situera.

                                                              Joël ETTIEN

                 Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.