Côte d’Ivoire: Une visite de KKB n’est-elle pas à la base de la date de l’inhumation de Fologo ?

M. Kouadio Konan Bertin (KKB), ministre de la réconciliation et de la cohésion nationale a fait pleurer les parents de l’ancien secrétaire général du PDCI RDA, M. Laurent Dona Fologo dans son village natal à Sinématiali.

KKB rend hommage à Laurent Dona Fologo

Invité par le diocèse Sainte Cécile de ladite ville pour le centenaire de l’existence de l’église catholique, il en a profité pour se rendre dans la famille de l’ancien ministre de l’information sous le premier président Houphouët Boigny, ancien secrétaire général du PDCI RDA, Laurent Dona Fologo décédé. La date de son inhumation vient d’être connue et c’est le 5 février 2022.

KKB est venu nous soutenir et voilà que la date de l’enterrement de notre icône vient d’être connue, nous rapporte un cousin au défunt.

C’était le dimanche 12 décembre 2021, l’émotion était à son comble dans la famille du défunt à la vue de celui qui reconnaît les services rendus par le défunt pour la nation tout entière. KKB, en posant cet acte par sa visite inattendue à la famille, voudrait leur traduire sa compassion. Il faut faire remarquer que depuis le décès du ministre Fologo, aucune personnalité n’a mis les pieds dans son village pour soutenir la famille éplorée et celui qui le fait, c’est KKB.

Dès qu’il a foulé le seuil de la maison familiale du défunt, les parents présents, ont commencé à crier de joie et plus tard, les larmes ont suivi à gogo au point où le ministre n’a pas pu se retenir et les siennes aussi ont coulé sur ses joues.

KKB, quoi qu’on dise sur son sort, est humain et solidaire. En se servant de sa mission sacerdotale du président Ouattara de rapprocher tous les ivoiriens autour de la réconciliation et d’animer la cohésion nationale, il se met à fond dans sa mission pour que le message de paix, d’amour, soit bien perçu par ses compatriotes.

Le 12 décembre dernier, KKB a fait pleurer les parents de Laurent Dona Fologo par sa visite imprévue qui leur a fait chaud au cœur.

Joël ETTIEN

                                Envoyé spécial

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.