CPI-Procès: Soro Guillaume n’a-t-il pas prêté son flanc ?

La CPI a-t-elle besoin de fournir autant d’efforts pour piocher maintenant dans le camp des rebelles qui ont causé autant de torts aux ivoiriens et en Côte d’Ivoire, quand Soro Guillaume s’est auto-proclamé, le père de cette rébellion ? Soro n’a-t-il pas prêté son flanc ?

Soro Guillaume s’est-il trop exposé ?

Depuis quelques jours, on signale la présence des juges de la cour pénale internationale, la CPI sur les bords de la lagune ébrié et cela fait jaser dans les coulisses des causeries, entre les ivoiriens.

Soro Guillaume a écrit un ouvrage pour donner les raisons pour lesquelles, il a fait tuer autant d’ivoiriens à la suite de la rébellion, alors la CPI n’est-elle en train de se moquer des ivoiriens ou retarder l’acquittement et le retour du président Gbagbo et de Blé Goudé, qui risqueraient d’attendre et deviendront sans doute encore de témoins assistés ? A partir de l’ouvrage seul de Soro Guillaume, la CPI n’a qu’à le lire pour venir s’abreuver sur les coupables dans le camp de ceux qui se rapprocheraient du président Ouattara et qui a accepté d’ouvrir sa vanne pour les faire couler.

« Pourquoi, je suis devenu rebelle », voilà le livre écrit et signé par Soro Guillaume qui logiquement le pouvoir à sa sortie aurait dû prendre ses responsabilités. Pendant plus de 10 ans, le seul camp du président Gbagbo n’a fait que payer le lourd tribut dans un long jugement qui a fin par accoucher d’une souri. Maintenant on veut venir mettre le grappin sur les vrais coupables et auteurs d’autant de massacres comme, il s’agit de la vie d’une nation, on peut dire qu’il n’est jamais trop tard pour bien faire, sinon, la CPI a mis trop de temps, donnant l’impression, d’une justice en sens unique et des vainqueurs.

Le président Ouattara va-t-il se dédire, quand il avait soutenu mordicus que sa justice serait capable de juger quiconque et qu’il ne ferait plus jamais partir d’autres ivoiriens à la Haye ? C’est au regard de cette position que bon nombre d’ivoiriens, estiment qu’il veut en finir avec Soro Guillaume pour déblayer le terrain à son dauphin. Au même moment, on doit se poser la question, sur l’édition de cet ouvrage qui compromet aujourd’hui, l’auteur Soro Guillaume.

Qui lui a conseillé de prendre un tel risque puisque depuis la sortie de ce livre témoin, personne d’autre ne l’a suivi et il se retrouve seul face à la machine lourde de la CPI ? Soro Guillaume, le flambant mec, le brave du film western, va se retrouver dans le prétoire des accusés comme l’ont été Gbagbo et Blé Goudé, quiconque crache là-haut doit s’attendre à recevoir des gouttes sur le nez.

Quand la CPI lance un mandat international, d’où que l’interpelé se trouve, la police de ce pays, le livre comme, une lettre à la poste, donc on doit en déduire que la course de Soro Guillaume va prendre fin et qu’un long procès va s’ouvrir, mais qui seront ceux-là qui battront le pavé comme les pro-Gbagbo et pro-Blé ont fait dans le monde entier pour influencer la CPI sur l’innocence de Soro ?

Avant de mourir caïman boit de l’eau disent les ivoiriens, est-ce le cas de ce retour inattendu de ce procès qui, une fois engagé, ne fera aucun effet, car pour l’heure, les ivoiriens attendent leurs Gbagbo Laurent et Blé Goudé, contre Soro, certains se diront que, justice soit rendue et elle va se rendre avec les associés de la mort volontaire imputée à des innocents et leurs âmes ne font que réclamer cette justice. Dans cette vie, rien ne se perd, mais tout se transforme, on attend l’ouverture de l’audience et qui seront les avocats côté Soro.

                                                                Joël ETTIEN

           Directeur de publication : businessactuality.com 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.