Indépendance: 62 ans, aimons la Côte d’Ivoire.

Le sacrifice n’est pas trop grand pour notre pays la Côte d’Ivoire, la ceinture de notre vie, en tout cas pour ceux qui se croient ivoiriens. Aimons-la ou aimons-le, ce n’est pas le plus important, le plus capital, c’est cet ardent amour que ce pays nous offre donc en retour, on lui donne des migraines et des douleurs.

Ce pays aime tellement ses enfants, qu’il a laissé à trois personnes le soin de le défigurer. Science sans conscience, n’est que ruine des larmes. Ses propres fils l’ont fait pleurer des larmes de sang, mais il les tolère pour leur dire qu’on peut se tromper une partie du temps, mais il ne faudrait pas forcer le mensonge à devenir un opium.

Ils y mettent le feu et comme ils ont les moyens, ils le quittent pour le laisser à ceux qui croient en lui et sont prêts à se donner la mort pour lui, notre pays est beau.

Mois d’août et il y pleut, pendant que l’Europe est traversée par une chaleur torride qui les fait fondre comme du beurre au soleil.
La Côte d’Ivoire est bénie et nous l’aimons, nous l’aimons tellement que nous voudrions que ceux qui se croient détenir son destin, l’aiment aussi sincèrement. La Côte d’Ivoire a 62 ans. Elle fait du progrès et se distingue de ses prouesses de réalisations que les autres en rêvent.
62 ans d’indépendance et presque aussi 62 ethnies qui se partagent son territoire, sans problème mais que la France a imposé sa démocratie qui la fragilise, mais nous l’aimons.

A chaque élection, c’est-à-dire pour le choix de celui qui doit diriger son destin, il y a des morts et des destructions de biens, mais elle est là, à les observer en donnant des grands signes comme sa nature généreuse. Il pleut abondamment en Côte d’Ivoire, c’est une chance. Pourtant, pour de la recherche de richesse, on l’abîme par des trous pour de l’or, en empoisonnant ses eaux qui coulent dans ses lits pour contenter l’océan et la lagune. La couleur des eaux a changé parce qu’il y a des produits toxiques qui tuent les poissons.

Malgré tout, sa nature nourrit par ses prouesses. On vient d’y découvrir encore du pétrole, cette fois-ci, qu’en retour, on ne fasse pas souffrir ses bénéficiaires comme ce qui se passe chez les autres.
Sa verdure luxuriante aux odeurs parfumées de ses fleurs, diminue de jour en jour à cause de la recherche des fortunes. Nous l’aimons.

Que la politique ne vienne plus le déranger son sommeil, si c’est pour tuer ses fils. Non, Non, il faut prouver à la Côte d’Ivoire qu’on l’aime. Si on l’aime, alors protégeons-la.

Dédions-lui des vers et des proses pour la faire dormir comme un bébé. 62 ans, elle est trop mature. Nous aimons tellement notre pays que nous invitons les trois leaders, preneurs d’otages, Bédié, Ouattara et Gbagbo à ne plus jamais, pour leur orgueil et leurs intérêts, plus jamais, verser le sang de ses fils sur son sol. La récréation est terminée.

La Côte d’Ivoire a une âme, un esprit, c’est pourquoi, certains abusent de sa bonté. Que dire de sa riche culture ?                                               

Joël ETTIEN
                        Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.