Mali: Et si demain Bamako devenait l’eldorado africain ?

D’ici peu d’années, le Mali sera la nouvelle destination sanitaire et universitaire de toute l’Afrique subsaharienne. Le Mali sera l’eldorado des africains. Ce qui se passe au Mali, n’est pas un jeu d’enfant, mais un enseignement. Le Mali vient de prendre son envol politique sur la dominante France et il se bat pour maintenir ses nouveaux rapports avec son nouvel allié, la Russie. 

Le Mali tisse sa toile

Pendant que les autres chefs d’État cherchent à satisfaire la France, le Mali tisse doucement sa toile, et de par sa collaboration avec la Russie, il sera la future destination des soins de santé de qualité comme Cuba l’est.

Pour qu’un pays se développe, il faut bien qu’il soit en mesure de transformer ses propres matière premières, mais de ce côté là, la France dans son égoïsme, n’a rien laissé à ses colonies qui continuent de broyer du noir. 

En Côte d’Ivoire, cette France étale partout ses enseignes commerciales comme si le commerce pouvait participer au développement d’un pays. Ce qui peut développer un pays, ce sont les industries de transformation de ses produits et non, lui imposer des produits de consommation souvent impropres à la consommation qui tuent, plus que la pandémie à Coronavirus. Le Mali ne se laisse plus intimider par la France et tous les maliens doivent soutenir ces efforts-là. Quiconque des maliens trahirait ce combat, doit subir les sentences de la justice et punir sévèrement par les lois.

Il n’y a dans aucun pays africain, des hôpitaux dignes de ce nom pour donner la santé aux africains. L’école est reléguée au passé et les étudiants qui sortent des universités sont au chômage. Il n’y a jamais eu d’états généraux sur ces sujets de développement pour en tirer les conséquences et c’est toujours la même danse qu’on impose aux africains.

La Russie, envoie bientôt si, ce n’est déjà fait, plusieurs étudiants en médecine, dans son pays pour les former et les somme de revenir au pays pour le servir. Cette même Russie, va aussi former les militaires maliens à assumer leur propre défense, ce que la France n’a jamais fait si ce n’est pour tenir en lest, les états africains à dépendre d’elle.

On entend dire que le Mali, ne pourra jamais créer sa propre monnaie, mais pour la créer, qu’est-ce qu’il faut ? Si ce n’est par une volonté politique et sur le sujet, les nouvelles autorités maliennes affichent clairement leur détermination.

Si la France est en perte de vitesse au Mali, qu’elle s’en prenne à elle-même. Depuis plus de 70 ans, elle ne peut pas permettre aux africains d’étudier leur propre histoire, si c’est pour apprendre la sienne qui ne participe en rien au développement de ces pays alliés. Si le Mali tient comme il le laisse entrevoir, désormais, c’est chez lui que tous les africains iront se faire soigner et étudier. Voilà un des avantages de leur détermination qu’il faut absolument encourager.

                                                       Atchory Alexandre

                                     Correspondant à Abidjan 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.