Le Mali porte plainte contre Jean Yves le Drian.

Jean Yves le Drian vient d’ouvrir la boîte à pandore et tous doivent en profiter pour dénoncer et porter plainte. Jean Yves le Drian, est ou a été ministre français des affaires étrangères. Il est traduit en justice par le Mali. Quand l’arrogance, le mépris et l’intimidation se retournent contre leurs auteurs, cet ancien gardien de la France-Afrique, a permis aux colonies de trouver les clés de leur prison pour en sortir.

Jean Yves Le Drian convoqué par les autorités maliennes

C’est une grande première de voir le Mali tenter un procès contre un ministre français et son fils qui ont abusé de leur hégémonie. On n’est pas surpris du comportement des maliens, car leurs ancêtres maliens en avaient fait pire; chien n’accouche pas chat.

Pour une fois, il faut absolument que cet ancien ministre des affaires étrangères français réponde de ses odieux actes de destruction de tous les rapports et de l’éveil des consciences. Jean Yves le Drian ne peut pas s’en tirer aussi facilement, il faut qu’il réponde de ces actes qui lui sont reprochés; lui et son fils qui voulaient faire du Mali le creuset de leurs sordides affaires.

A partir de cet exemple malien, il faut que tous les pays africains qui ont subi l’injustice se réveillent pour porter plainte, car, en Europe, on continue de traquer les néonazis. Ainsi donc, il faut les dénoncer et que la justice africaine soit forte pour se donner de la crédibilité. C’est maintenant que l’ascenseur retourne chez les africains.

Maintenant qu’il sortira du gouvernement Macron, nouvelle version, il sera un citoyen ordinaire, sans aucune immunité, il pourra se rendre à Bamako avec ses avocats pour répondre de ces crimes.

Maintenant que la peur a changé de camp et que les anciens maîtres agonisent, que tous ceux qui ont été abusés par le système France-Afrique, aient ce courage de se lever pour porter plainte pour que la justice leur rende leur honneur et dignité.

Les métisses congolo-belges qui avaient été séparées de leurs parents, abusées sexuellement et exploitées comme des esclaves, ont eu elles aussi le courage d’abord de rendre public cet abus et on attend la suite à donner par la justice. Le courage que les abusés affichent est symbolique, historique, exemplaire, qui doivent aller jusqu’au bout.

Comment un ministre français peut-il se permettre de lancer son fils dans la diplomatie d’un pays souverain pour exploiter à sa convenance, la délivrance des passeports et les leurs ? Pourquoi c’est en Afrique qu’ils viennent pratiquer ces affaires déshumanisantes ?

Les rapports d’exploitants à exploités, entre la France et ses anciennes colonies, ont pris fin et ce sont les victimes qui vont dénoncer les abus et il faudrait que la France s’apprête à assumer l’ampleur de ces crimes devant le monde entier.

Jean Yves le Drian seulement doit assumer, pour son arrogance, son mépris, son intimidation et son influence pour dérober l’attention des africains sur ses méfaits. Le Mali a eu le courage, on attend les autres africains, présidents comme citoyens lambda.  

On se rappelle que le maréchal Bokassa, avant sa mort, avait livré des témoignages effarants sur celui qu’il considérait comme un frère, Valéry Giscard d’Estaing, qui lui avait tout volé, jusqu’à lui prendre sa propre épouse. C’est ignoble. Pourquoi ce mépris à l’égard des noirs ? Maintenant que les rapports sont en train de changer, il faut que chaque acteur réponde de ses actes et Jean Yves le Drian en tête, doit payer. Il ne faudrait pas qu’ils attendent après sa mort pour le condamner à titre posthume.

Koné Bintou

                                         Afrique de l’ouest

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.