Côte d’Ivoire-Tribunal militaire: Quand Ange Kessi fait honneur

Ange Kessi, cet illustre cadre de l’administration judiciaire militaire ivoirienne, est aussi natif de l’Ahuanou, une fierté des agni. Quand on parle de quelqu’un qui travaille dans le silence, il faut intégrer ce grand homme de droit, qui a su résister aux différentes mutations inexorables socio-politiques ivoiriennes. Avant d’être ce qu’il est devenu, haut magistrat ivoirien, l’homme vient de quelque part et c’est bien à Arrah qui est devenu aujourd’hui, un département, l’ancienne boucle du cacao. En effet, c’est à cette période où le cacao participait au réel développement de la Côte d’Ivoire, dont ses parents en faisaient partie, que le jeune Ange Kessi a su profiter pour se donner les moyens intellectuels qui l’ont propulsé à ce rang et à ces multiples grades.

Hommage à Ange Kessi

Faisant ainsi partie de la fierté des agni ahua, dans la région du Moronou, il passe sans crier gare et s’éloigne de la politique politicienne. Pour ceux des ambitieux politiques de la région qui, à l’approche des élections, le lorgnent, Ange Kessi ne les calcule pas et passe l’éclair de son chemin, sous le sceau du grand silence et dans l’anonymat.

Le grand grade militaire qui arbore sur ses épaules, ne font pas de lui l’homme pédant, péteux, orgueilleux, fier encore moins prétentieux, il sert l’état en mettant de l’ordre judiciaire dans la grande muette. Si aujourd’hui, Ange Kessi surnage dans notre rédaction, c’est parce que depuis longtemps, nous l’observons et nous pensons qu’il est grand temps de lui ressortir ce que nous pensons depuis Paris de lui. Il force toutes les admirations et cela fait partie de sa personne: l’écoute.

Au-delà de sa fonction, l’homme fait parler souvent son cœur et comme cela n’est pas évident dans sa corporation, il mérite que nous lui apportons notre regard et il est positif, n’en déplaise.

A l’entrée de la ville d’Arrah, Ange Kessi a sa résidence où il passe souvent ses week-ends, sans remuer ciel et terre pour crier sa présence. Cependant, il faut le dire, lors de nos investigations, avant de produire cet hommage, nous avons passé quelques jours sans qu’il ne le sache à Arrah. Résidence moderne, avec un petit chalet qui sert de maison des hôtes, Ndja Kessi vit dans la sobriété.

Dernièrement, il a posé quelques gestes humains qui nous confèrent ces proses et vers à son endroit. Une femme qui a eu une fille avec un gendarme, ce dernier a fui ses responsabilités et la dame ne pouvant plus supporter les charges de scolarité, a été obligée de porter l’affaire au procureur des militaires. Non seulement, il a reçu la dame, mais mieux, lui a donné les moyens d’aller payer ses frais d’inscription, le temps qu’il fasse le cordon au père de cette dernière.

Secundo, une autre dame qui a subi de la violence conjugale de son mari, gendarme, qui avait porté l’affaire devant lui, il a agi selon ce que la dame, souhaite et il a pesé de tout son poids pour ramener le mari violent à la raison, les exemples de ce type sont légions. Alors qui dit mieux ?

S’il n’avait pas été bien éduqué par ses parents agni, il tomberait dans l’excès de zèle. Ange Kessi participe à l’équilibre socio politique de son pays. C’est parce qu’il ne donne pas le courage à la jeunesse de chez-lui, sinon, tous les week-ends, ça allait être hommages sur fêtes, parce qu’il constitue un véritable phare, un modèle de réussite dans l’honnêteté et la dignité. Et de telles personnalités, la jeunesse ivoirienne en a grand besoin pour se projeter dans l’avenir.

Paix et joie l’accompagnent et qu’il garde cette fière allure distinctive des hommes de grandes valeurs. Salut à vous militaire de haut rang, la Côte d’Ivoire compte sur vous pour relever les grands défis dans une atmosphère de grand banditisme. Soyez gardé dans le creux des mains des grands esprits. Dieu veille !                                                             

Joël ETTIEN
                                  Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.