Côte d’Ivoire: Pourquoi Jean-Louis Billon veut-il se démarquer de son appareil politique ?

Il faut que Jean-Louis Billon attaque les vrais problèmes de son parti politique que de vouloir se précipiter dans cette fournaise qui risquerait de l’emporter. Qu’est-ce qu’il a senti pour vouloir se détacher de son appareil politique au moment où celui-ci est confronté à de réels soucis de rajeunissement et d’adaptation des temps nouveaux ?

Jean-Louis Billon en rébellion au PDCI RDA

Le député PDCI RDA de Dabakala, dans le nord ivoirien, depuis quelque temps, affiche ses ambitions de se candidater pour les élections présidentielles de 2025 avec ou sans son parti politique dont il décrit ses tares.

Ce n’est pas parce qu’il manque de cadres dans le PDCI RDA, mais le problème, c’est l’encrage des devanciers. Le parti est trop vieillissant et cela se déteint sur ses cadres aussi brillants les uns comme les autres.

Le président Bédié à qui on n’ose pas trouver les mots pour lui demander de tirer sa retraite politique, plombera les jeunes cadres qui sombrent dans sa sclérose. Il faut avoir ce courage de poser les réels soucis de ce parti politique qui sombre en se fouettant chaque moment avec la création de nouvelles structures qui se rivalisent.

Le secrétariat exécutif confié à Maurice Kakou Guikahué envenime plus et a beaucoup détruit. Il n’a pas fini de reconnaître ses erreurs pour demander pardon, si ce n’est pas par la bouche, au moins par de nouveaux actes, mais, le capitaine courage est affaibli avec sa prison récente.

A peine qu’il a ramolli son puissant capitaine courage, qu’il crée une nouvelle structure dont il a mal à lui donner un contenu : le comité politique. Voilà autant de germes de conflits en interne qui doivent préoccuper Jean-Louis Billon qui donne des signes d’en avoir marre. Mais quand on en a marre, il faut franchir le Rubicon.

Jean-Louis Billon compte affronter le vieux Bédié pour se démarquer de son appareil politique, et pourtant il sait et connaît le courroux de ce dernier et sa rancœur tenace. Le vieux Bédié oublie que le temps n’est plus de son temps et qu’il doit faire de la place pour donner de la visibilité. Il tient le PDCI RDA comme une proie entre les griffes de la panthère qui a faim.

Que pressent Jean-Louis Billon ?

Le PDCI RDA subit le déploiement et l’offensive politique du président Gbagbo et quand viendra le tour du RHDP, que fera t-il ? A force de vouloir trop réfléchir, on finit par tuer le malade puisqu’on n’est pas capable de diagnostiquer ses maux et peines pour lui apporter des remèdes.

C’est vrai que l’Afrique souffre de son vieux concept gérontocratique qui bloque son avancée politique, surtout au PDCI RDA. Le président Gbagbo a cédé son FPI à Affi N’guessan, le ciel lui est-il tombé sur la tête ?  

Il faut que le secrétaire exécutif chargé de la communication et député de Dabakala ait ce courage de poser les réels problèmes s‘il ne veut pas subir les courroux du vieux qui, sans nul doute n’est pas content de ses sorties défiantes.

Il veut aller aux élections présidentielles de 2025, avec quel parti politique, ou envisage t-il d’en créer le sien ? Il faut appeler un chat un chat. Ça ne va pas au PDCI RDA du vieux sphinx de Daoukro et ce n’est pas vouloir s’en détacher qui résoudrait les problèmes. Depuis qu’il a perdu les élections, il y a plus de 20 ans, quel bilan a-t-il fait le vieux Bédié pour vouloir se servir de son appareil pour briguer une élection présidentielle en Côte d’Ivoire ? Le paradoxe, il est de surcroit le responsable de la communication de son parti. Au lieu de communiquer sur ce dernier, il communique pour lui-même.

Qu’est-ce qu’il a senti venir comme danger, monsieur Jean-Louis Billon, pour qu’il cherche de nouveaux abris ? Est-ce que cela date de maintenant ce que vit le PDCI RDA ?

                                                       Joël ETTIEN

            Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.