Éthiopie: des centres de soins amharas délabrés après le passage des rebelles tigréens

Il faudrait jusqu’à 30 ans et près de 4 milliards d’euros à l’économie de la région Amhara, la deuxième province d’Éthiopie, pour retrouver son niveau économique d’avant la guerre civile, selon une étude des autorités régionales. La province a été assez largement saccagée et pillée par les rebelles tigréens notamment dans les hôpitaux.

Après le chaos, c’est l’heure du tri à la clinique de Shewa Robit pour le docteur Negatu Tadesse et les autres médecins : « Presque tout est vandalisé comme vous pouvez le voir… La plupart des médicaments et machines ont été détruits. Seulement 5% ou 10% sont encore en état. Le reste est inutilisable. »

Les rebelles tigreens ont tout détruit en partant. Même constat à l’hôpital de Mezezo, à quelques dizaines de kilomètres de là. Woldemariam Deginetu qui y est bénévole raconte : « Ils ont tout utilisé. Regardez, ils préparaient leur nourriture par ici. Ils traitaient les soldats blessés là. Ils ont emporté tous les médicaments. Ceux qui restent sont étalés partout. »

De longues distances pour pouvoir se faire soigner

Le centre de santé ne peut toujours pas accueillir de patients pour le moment. Plusieurs heures de route sont nécessaires pour se faire soigner : « La seule alternative, c’est Debre Birhan. Ici, c’est impossible. Debre Sina c’est impossible. Shola Meda c’est impossible. Ils doivent donc à aller à Debre Birhan, sinon ils mourront »

D’après la région, 40 hôpitaux et 453 cliniques ont été détruits par les rebelles tigréens. 

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.