Afghanistan: Des ressortissants français et étrangers rapatriés

Hier lundi 16 août, l’aéroport de Kaboul, dernière porte de sortie d’Afghanistan après le retour au pouvoir des talibans, a été le théâtre de véritables scènes de chaos. Face à cette panique, les vols civils et militaires ont été suspendus une partie de la journée. Ils ont finalement pu reprendre dans la nuit. Les pays occidentaux, dont la France, s’activent.

Le rapatriement des étrangers en cours en Afghanistan

Un Airbus A310 rempli de rapatriés de Kaboul a décollé d’Abou Dhabi, aux Émirats arabes unis, ce mardi 17 août 2021. Il devait atterrir dans l’après-midi à l’aéroport Roissy Charles-de-Gaulle, près de Paris. À son bord : 45 ressortissants français ou issus de pays partenaires. Ces personnes ont été exfiltrées ce mardi par l’intermédiaire d’un avion militaire chargé de faire le pont entre les Émirats et la capitale afghane.

L’appareil de transport militaire utilisé pour les rotations par la France, un A400M, avait donc préalablement quitté, dans la nuit de lundi à mardi, la base aérienne française située aux Émirats arabes unis, mais avec à son bord des soldats des forces spéciales. 

L’évacuation des personnes d’origine étrangère 

Quelque 400 personnes se trouvaient encore ce mardi matin à l’ambassade de France à Kaboul, dont une centaine disposant de papiers français, selon notre correspondante, Sonia Ghezali qui se trouve à l’ambassade.

Si Paris dit avoir déjà accueilli 625 Afghans employés dans des organisations françaises, avec leur famille, depuis le mois de mai, de nombreux anciens collaborateurs s’estiment abandonnés par les autorités.

Diplomates, humanitaires ou journalistes, des dizaines d’Afghans ont coopéré avec l’armée française et craignent l’avenir, ces jours-ci. C’est le cas d’un ancien interprète joint par RFI, et qui a souhaité garder l’anonymat par peur des représailles de talibans.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.