Côte d’Ivoire-Arrah: Qui a donné l’ordre pour que les enfants retrouvés morts soient inhumés sans aucune autopsie ?

Les deux enfants retrouvés morts dans une voiture à Arrah, ont été inhumés le jeudi 20 mai 21 sans autopsie et qu’aucun examen sérieux ne soit pratiqué. Qui a fait précipiter ou contraindre les parents de deux Emmanuel à accepter cette inhumation qui nous semble suspecte et précipitée ?

Inhumation des deux enfants morts retrouvés dans une voiture

Un drame s’est passé dans la commune d’Arrah où deux petits de 3 ans, ont été retrouvés morts dans une voiture abandonnée et dont les portières étaient verrouillées et cela a fait couler de l’encre. Au moment où on croyait que pour une fois une sérieuse enquête allait suivre pour stopper ces pratiques devenues courantes dans la ville d’Arrah, selon les dires, on apprend que ces deux pauvres enfants ont été enterrés.

Pourquoi ont-ils fait croire aux parents qu’un papier de constat fait par les gendarmes était des preuves d’un début d’enquêtes pouvant susciter à des pratiques d’autopsie ? Est-ce que les autorités politiques et administratives ont pris la mesure de l’ampleur de ce drame pour le minimiser au point où, elles ont laissé enterrer les enfants ? Qui en a donné l’autorisation et pourquoi ? Pourquoi faire croire, qu’une compassion serait synonyme de diligence d’enquête pour des familles prises au pif et sous-informées face à de telles pratiques assassines ?

Jusqu’à ce jour, aucune condamnation stricte et formelle provenant de ces personnalités politiques comme administratives n’a été produite, pourquoi ?

Une marche blanche avait été programmée pour dire que trop c’est trop, pour faire la pression pour des enquêtes et au dernier moment, cette marche blanche n’a pas vu le jour. On rappelle qu’Arrah n’est pas à son premier coup de drame de ce type et nous avons cru que ces autorités allaient tout faire pour aller jusqu’au bout pour mettre la main sur les auteurs et leurs commanditaires. Hélas !

Ainsi, les familles éplorées n’ont pas pu porter plainte faute de moyens et d’information ou ont-elles été contraintes au silence. Les populations d’Arrah qui ne trouveront jamais les coupables de ces crimes rituels qui se produisent dans leur cité et les auteurs continuent de circuler dans la ville et on ne sait pas à qui le prochain tour, puisqu’il s’agit des crimes commis sur des enfants de moins de 5 ans.   

Qui sème ces troubles, cette terreur et la peur dans la ville d’Arrah ? On ne le saura jamais, puisqu’aucune prise de conscience des autorités sur ces crimes odieux ne se manifeste pour garantir la paix et la quiétude des parents qui seront désormais obligés de ligoter leurs enfants à leurs pieds, de peur de les laisser éloigner et les retrouver morts dans des conditions lugubres presque similaires d’après les populations que nous avons croisées sur les rues.

Les parents des petits Emmanuel n’ont pas pu porter de plainte et demander une autopsie. Cela supposerait une exhumation des corps, qui compliquerait les enquêtes. Ils sont morts gratuits comme le disent les populations de la cité Ahua.

Il faudrait que les autorités montrent de la vengeance avant de compatir sur ces crimes qui continuent de susciter la psychose dans la cité, sinon, d’autres crimes rituels pourraient revenir surtout que les auteurs semblent ne pas être loin.

Nos enquêteurs dans la cité continuent leurs investigations et dans nos prochaines éditions, les témoignages des parents des victimes.

                                                          Marc BROU

             Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.