Côte d’Ivoire: Didier Drogba mal compris ou jugé à tort ?

On parle de Drogba comme quelqu’un qui manquerait de générosité et qu’il se ferait rare, le comparant souvent à d’autres sommités sportives comme Eto’ Fils. La question que nous posons, pourquoi exiger cette lucrative conception à Didier Drogba ?

Didier Drogba l’incompris

Didier Drogba n’est pas un parachuté dans la richesse. C’est un enfant qui a souffert avant de parvenir à cette gloire. Encore, il n’est pas le seul à évoluer dans le football. Chacun a son étoile et les ivoiriens doivent s’estimer heureux d’une telle prouesse, d’une telle légende interplanétaire dont le seul nom évoqué ouvre des portes à ses compatriotes.

Le même, jugé à tort ou à raison, est en train de construire des édifices pour faire profiter à tout le monde: le cas de son hôpital. Pourquoi les ivoiriens voudraient qu’il leur distribue de l’argent à la volée ? Non ! Comme dit l’adage chinois: vaut mieux apprendre à pêcher que de donner du poisson, c’est du moins ce que nous constatons dans l’attitude de ce génie.

Reconnu dans toutes les sphères des grandes organisations et chancelleries mondiales, Didier Drogba veut prendre la tête de la fédération ivoirienne de football et certains en flippent. Qui mieux peut défendre ce qu’il sait faire ? Sous d’autres cieux, il se lancerait dans la politique, pour vouloir devenir président de la république; mais humblement, il a choisi ce qu’il sait faire de mieux, le football. Alors pourquoi vouloir le faire languir ? Mettez-le à l’épreuve pour révolutionner ce sport roi qui souffre d’un retour à ces anciennes amours.

En tout cas, il serait mieux à ce poste et c’est toute la Côte d’Ivoire qui en bénéficierait pour redorer le blason du football. Aujourd’hui, on compte plus de supporters des équipes européennes en Côte d’Ivoire parce que justement, il manque un sachant pour relever la saveur de ce sport roi chez ces ivoiriens.

Didier Drogba connaît ou a connu la souffrance. Il n’est pas né avec une cuillère en or dans la bouche. Il a forcé son destin à produire ce miracle qui a contaminé toute une jeunesse qui veut devenir comme lui.

Comme une étoile unique, ce n’est pas le fait qu’il ne partage pas sa fortune qu’il ne peut pas être un bon gestionnaire. La FIF (fédération ivoirienne de football) a besoin de son image pour que les stades soient remplis à nouveau et que ces jeunes ivoiriens qui font le plein des centres sportifs, aient à nouveau cette chance de voir affluer sur le sol ivoirien des recruteurs internationaux.

Pourquoi vouloir aller chercher plus loin ce qui est tout près, à portée de main ?

                                                    Joël ETTIEN

                 Directeur de publication : businessactuality.com   

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.