Côte d’Ivoire: Il faut panser des plaies politiques pour se maintenir au pouvoir.

Faut-il faire le bilan après les élections législatives pour préparer les élections à venir ? Tous les partis politiques ivoiriens et sans exception, doivent se mettre à table, pour revoir leurs stratégies pour véritablement, jauger leur implantation réelle sur le terrain.

Peut-on se dire que chaque parti politique est politiquement réel là où il a gagné la victoire ? Le PDCI RDA, le RHDP, le FPI, l’EDS et indépendants, l’occasions a été belle ou triste pour certains de se voir voler leur victoire ou les gagner proprement. Toujours est-il que le conseil constitutionnel n’a pas encore dit son dernier mot et des plaintes sont déposées sur sa table de décision.

Il y a des zones à problème comme Yamoussoukro commune, Agboville qui suscitent plein de regards, retenant le souffle de ceux qui y ont voté. Un face à face entre le pouvoir incarné par le RHDP et l’opposition par le PDCI RDA, le FPI, l’EDS.

Il y a des zones où la victoire est sans contestation, comme à Arrah où le candidat N’guessan Ahondjon, se lave les mains en attendant de se mettre à la table des rois députés ivoiriens. Ils sont nombreux qui attendent leur baptême pour voir leurs noms s’inscrire à l’hémicycle et N’guesan Ahondjon en ferait partie. Il sera le député d’Arrah et il sait ce qu’il l’attend. Ce qui est sûr, il s’est bien entouré.

Des voix s’élèvent au PDCI RDA le seul grand parti politique qui perd son aura dans bien des zones qui semblaient lui acquises pour demander un audit sur ces élections car dans quelques années, les autres élections verront le jour. Là où le PDCI RDA et le FPI, l’EDS ont perdu et qui détiennent les mairies, le RHDP fera tout son possible pour le leur arracher pour conformer sa position de leader sur le terrain.

D’Aboisso, en passant par Grand-Bassam où le PDCI RDA était considéré comme le parti politique phare et qui a perdu les législatives, il faut bien et rapidement se retrouver pour panser les plaies des division internes et nuisibles. Comme il n’y aura jamais de congrès extraordinaires pour redéfinir les règles du prochain jeu, il faut que les plus âgés occupant ces postes, positionnent les plus jeunes. Dans ces deux bastions supposés appartenir au PDCI RDA et dont les législatives sont désormais aux mains du parti RHDP au pouvoir, il y a matière à faire les critiques, le bilan s’ils ne veulent pas perdre les municipales, les sénatoriales et régionales.

Mais encore, il faut en prendre de la graine pour le futur. Il n’y a pas matière à la crainte ou au jet d’éponge, parce qu’ils ont perdu les premières étapes électorales, mais en tirer les leçons et de manière sincère et de bonne foi, réguler les soupapes pour faire démarrer le moteur, mais le parti au pouvoir ne va pas non plus lâcher les morceaux dont il s’est battu bec et ongle pour déchoir ces postes à ses adversaires. Il mettra tous les gros moyens pour arracher ces postes de gestion au quotidien des citoyens.

La balle est lancée, quitte à ceux qui ont des oreilles pour entendre ou ceux qui ont les moyens pour agir, fassent agir sinon, demain n’est pas rassurant.

                                                     Joël ETTIEN

            Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.