Côte d’Ivoire: le virus Corona, vient de mettre à nu, la gouvernance du président Ouattara.

Côte d’Ivoire et la honte de la gouvernance

La gouvernance de Ouattara mise à nu

Dans nos précédentes parutions, nous demandions au président Ouattara de sortir de son silence pour dire ce qu’il sait et ce qu’il pense du virus Corona. Nous avons essuyé toutes sortes d’injures sur les réseaux sociaux. Nous les acceptons parce que c’est le métier que nous avons choisi pour informer, orienter, aider à la poussée de l’analyse.

Il l’a fait et chacun en a tiré ce qu’il a pu en tirer. Nous l’en remercions. Ce que nous avons déduit de son adresse à sa nation, c’est ce que bon nombre d’ivoiriens ont retenu. Mais un fait majeur a retenu notre attention, c’est la reconnaissance des valeurs de la démocratie.

Le président connait les règles de la démocratie et nous nous posons la question, de leurs applications sur le terrain si ce n’est de la violence et de la dictature. Quand il dit que la maladie ne connait ni d’ethnie, de couleur et qu’elle ne trie pas ceux qu’elle frappe, voilà les règles élémentaires de la démocratie. Il aurait fallu que le virus vienne, pour qu’on lui-le reconnaisse. Bravo !

L’exemple du premier minsitre

Maintenant le Premier Ministre Gon Coulibaly s’est mis en quarantaine sous le prétexte qu’il aurait fréquenté un contracté de ce virus. On annonce aussi, nous prenons cette information au conditionnel que l’entourage du président de la république serait touché, à commencer par son épouse et bien d’autres membres proches et des ministres.

En quoi, il fera honte de reconnaître qu’on est malade. La mort comme le dit le président Ouattara ne trie pas, alors si nos autorités sont atteintes, qu’elles le disent pour rassurer la population de la manière et où qu’elles rendraient pour se faire soigner. Maintenant si c’est de la pure communication du service de communication du premier ministre, elle sera d’un goût vraiment très amer.

 A peine le président Ouattara s’adresse aux ivoiriens que tout sort comme une bouteille pleine qui déverse tout son contenu. Le virus est bien présent en Afrique et la Côte d’Ivoire est touchée, comment faire ?

Quand on disait qu’il y avait des priorités dans tout développement et que le président Ouattara devrait axer sur ces priorités-là, on nous a encore traités d’anti-Ouattara. Voilà que le virus Corona s’est invité sur toute l’étendue du territoire national et aucune structure sanitaire adéquate pour palier à sa virulence.

On annonce que M. Gon Coulibaly sera rapatrié au Maroc et sans doute, bon nombre seront dans ce cas et la population, où elle ira pour se faire soigner ? Dans leur hôpital mère-enfant ? Où la population ira pour se faire dépister, se soigner, sur les ponts à péage ?

Quand on nous montre l’intérieur des chambrettes de l’INJS, elles sont au nombre de combien, avec des petits lits pour ces nombreux cas ? Si les frontières sont fermées, qui irait donc à l’INJS qui était pourvue pour les étrangers qui débarquaient de l’aéroport ?

 On en dénombre plus de 78 pour la journée du 24 mars et la lutte continue, est-ce que l’INJS pourra contenir tous ces contaminés ?

 Pendant ce temps, les centres de santé, les hôpitaux sont plus des mouroirs que le virus Corona. Comment faire ?

Que retenir de sa gouvernance?

Le président Ouattara a parlé et tout se découvre. C’est bien qu’il ait pris ce courage pour se montrer à la face de sa population qui se faisait de l’inquiétude pour lui. Apparemment, il se porte bien, mais on nous dit que sa femme M. Dominique est aussi déclarée positive, que retenir de lui donc ?

Marine Le Pen et la brigade africaine qui veillent sur l’arrivée des autorités africaines qui fuient pour venir se faire soigner dans les hôpitaux européens ont lancé l’alerte. Quiconque des autorités se feraient déporter dans un hôpital français, se verrait chasser. Nos autorités seront obligées de rester au Maroc, en Tunisie et peut-être aux USA. Il aura fallu en créer sur place, comme le Niger, le Bénin, le Ghana et bien d’autres l’ont fait, pour ne pas aller mourir dans les aires.

Dans ces pays, ce n’est pas Dieu qui est venu implanter ces hôpitaux, mais c’est la bonne volonté de ses dirigeants, pourquoi ceux de l’Afrique noire, préfèrent investir dans les projets qui leurs rapportent de l’argent que de s’occuper du quotidien ?

L’école, la formation, la santé, pour celui qui veut gouverner, qui n’en fait pas cas, échoue dans sa politique. Sur ce coup, c’est la honte dans la gouvernance du régime du président Ouattara.

Ceci étant, prière suivre les consignes des spécialistes de la santé pour avoir la vie sauve.

                                                                                    Joël ETTIEN

                     Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.