Côte d’Ivoire: Madame Yolande Bakayoko parlera t-elle ?

Est-ce que Tanoh Yolande, l’épouse de Hambak pourra parler, quand tous les ivoiriens en sont dans l’attente, elle qui a été du début jusqu’à la fin de cette bataille solitaire que son mari a livrée avant de tirer sa révérence ? Tous les ressortissants de Séguéla attendent que Tanoh Yolande parle et ils attendent. Mais est-ce qu’elle pourra parler ?

Je l’imagine, la tête couverte de toile noire entourée de ses enfants, sans doute dans des lunettes noires pour éviter de subir le regard multiple de ceux qui l’attendent qu’elle parle, mais elle ne parlera pas, parce que sans doute, dans ce qu’elle doit dire pour consoler, il y aura des secrets d’état et elle va se taire.

Tout le monde veut entendre Yoyo, comme l’appellent les intimes, mais Yoyo ne parlera pas, ils le savent très bien. Tout son désir, c’est vite enterrer son mari pour qu’elle et ses enfants s’en aillent, loin de ce terrain ingrat.

Le corps inerte de Hambak, va arriver et des dispositions formelles vont-être prises et personne ne pourra s’approcher pour lui parler. Ils vont l’exposer pour que les membres de son gouvernement, lui fassent des fausses civilités des dernières heures, avec des larmes d’hypocrite. La nature humaine, mais tous périront ou mourront et pour ceux qui sont les commanditaires qui se trouvent dans le cortège, ils jetteront leur regard dans la foule pour y dénicher le prochaine gros poisson.

Yoyo ne parlera pas, je l’ai dit à mon voisin qui a passé toute la soirée de l’annonce du décès de Hambak, à pleurer comme un veau, qu’elle ne parlera pas. Même quand il est revenu à lui, je lui ai fait le pari qu’elle ne parlera pas, il ne me croit pas.

Les pourvoyeurs des fakes-news qui sont devenus des médiums, crient sur la toile que leur Hambak a parlé avant de rendre l’âme de son robuste corps que mon oncle affectionnait tant.

C’est maintenant qu’on voit qu’être franc-maçon, rose-sicrissaints, bossonistes, tout ça n’est que du vent. L’esprit protecteur n’y est pas, c’est celui de la gouvernance, de la puissance du pouvoir dominateur et quand l’heure de la protection arrive, le contenu disparait.

Mais Yoyo ne parlera pas pour éclabousser la famille royale d’Agnibilékro et le procureur Adou Richard va y veiller. Pour tous ceux qui croient comme mon voisin que Yoyo va parler, je leur fais ce pari, qu’elle n’ouvrira même pas sa bouche et se couvrirait du noir, pour éviter ces regards interrogateurs. Elle ne parlera pas.

Mêmes les enfants dans leur colère, sont sommés de se taire et mon petit doigt me dit que juste après son veuvage, elle disparaitra des méandres de ce pays, pour aller se loger loin dans une des demeures que son défunt mari, a achetée pour s’éloigner de ce pays qui se mord sa propre queue. Yoyo est plus meurtrie et les enfants ne comprennent rien de ce qui leur arrive.

Populations de Séguéla, ceux qui attendent que Yoyo ouvre sa bouche pour réveiller des rancœurs et exciter des vengeances, elle ne prendra pas ce gros risque et les forces de l’ordre, feront tout pour qu’on la voit de loin et non de près.

Il s’en est allé et avec le mystère qui couvre cette mort. Pourtant, tous savent qu’il y a eu quelque chose, mais qui pour parler, en tout cas, ce n’est pas Yoyo qui ouvrirait cette boite à pandore pour mettre toute sa famille dans le creuset de la malédiction. Hamed est mort et dans peu de temps, il sera mis dans des oubliettes et la vie suivra son court, en attendant le prochain et ils sont nombreux.

                                                         Joël ETTIEN

                   Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.