Cameroun 2022: Participation des éléphants à la Coupe d’Afrique des Nations (CAN), notre inquiétude.

La participation des éléphants footballeurs à la coupe d’Afrique des nations (CAN) entraîne plus d’inquiétude avec tout ce qui renferme le football ivoirien. Quelle chance ?

La coupe d’Afrique des nations va démarrer le 9 janvier 2022 au Cameroun et les ivoiriens vont y participer sans que les problèmes qui embrasent cette corporation ne soient traités. Notre inquiétude réside dans les différents malentendus qui sont devenus des boulets spirituels aux pieds des joueurs. Pour des malversations financières à la fédération ivoirienne de football, tout est au ralenti en Côte d’Ivoire et c’est avec cette plaie que les joueurs ivoiriens vont aller compétir, auront-ils cette chance d’aller au deuxième tour ?

Quant aux joueurs ivoiriens, personne n’a de problème, mais comme le poisson pourrit par la tête, ils traînent à leurs pieds les conséquences de ces différents conflits. Cela pèse lourd sur la conscience collective. Aucun oracle ne pourra prédire une victoire certaine des éléphants à cette coupe africaine. C’est quand tout va bien à la maison que le rayon du soleil darde sur les occupants. Spirituellement, il faut le dire, rien ne va dans le football ivoirien et se voiler la face, c’est faire preuve d’une cécité chronique de la situation. Ils feront piètre figure dans toutes les compétitions auxquelles les ivoiriens seront engagés et pour cause.

Comment c’est à la veille du départ des joueurs que les deux têtes responsables, les deux ministres, Danho Paulin et Amichia font ce semblant de paix ? De qui se moque-t-on ? Comment peut-on laisser cette situation pourrir sans jamais la soigner ?

Le football ivoirien ne va pas du tout et tant que le président de la république ne prend pas ses responsabilités pour régler ces différends qui s’en tassent au fur et à mesure, les participations seront une vue de l’esprit. Pourquoi depuis plusieurs années le gouvernement est incapable de prendre ses responsabilités et c’est à l’approche des grandes compétitions qu’il met en place un comité de contrôle, lui-même aussi attaqué par les fossoyeurs qui ne veulent pas du changement ?  Une victoire des éléphants étonnerait plus et relèverait du miracle.

Si la présidentielle politique s’est déroulée aux forceps, qu’est-ce qui empêche les footballeurs d’élire le leur ? En poussant les joueurs dans le feu pour s’attendre à l’humiliation, cette manière de faire éloignera les ivoiriens de leur amour pour ce sport roi.


                                                    Joël ETTIEN
    Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.