Côte d’Ivoire-Fête des mères: Les femmes de Maféré, magnifiées et honorées par EPDM.

Maféré, située dans le Sud-Comoé qui a pour capitale Aboisso, les mamans ont été honorées et servies par M. Elidjé Angora, un des cadres de cette ville importante et capitale dans l’agro-culture ivoirienne.

Maféré aux couleurs des mamans

Si la fête des mères a marqué toute la Côte d’Ivoire, les mamans de Maféré, l’ont plus vécues que les autres tellement elles ont fait l’expérience d’une journée nourrie de plusieurs jeux.

Le vendredi 28 mai 21, le président de l’association Ensemble pour le Développement de Maféré « EPDM », Elidjé Angora et tous ses membres ont laissé dans l’animation de la ville, une belle initiative. Sur deux jours, ils ont fait frémir toutes les mamans de la localité. Le vendredi 28 mai 21, à l’ouverture de la cérémonie, il y a eu une course sur environ 5 km, uniquement réservées aux mamans. Vêtues de leurs tee-shirts à l’effigie de l’association, elles ont remué la ville en lui donnant un visage luxuriant et de joie. Les femmes dans leur ensemble, ont vibré au son de la fanfare, de la musique ivoirienne. Elles ont joué pour la première fois au football.

Pour une fois, elles toutes ont reconnu qu’il leur manquait une activité de retrouvailles et récréative de cette importance qui les a rassemblées sous un même chapiteau sans tenir compte des considérations politiques et religieuses. Cela leur a permises de se mettre en groupe et se distraire sous le regard bienveillant de leur fils Elidjé Angora, l’initiateur de ces journées qui dans son adresse, leur a indiquées l’importance d’une maman dans la société car pour lui, si le monde existe et évolue, c’est grâce à la maman.

La présence des reines-mères qui s’apprêtent à se mettre en fédération, a été fort appréciée par tous les invitées car parées dans leurs attributs de reine.

Entourés des membres de EPDM, ils ont laissé des traces heureusement qu’il dit poser ces actes à des fins humanitaires et non politiques, pour rassurer les tenants du pouvoir local. Plus important et à retenir, les mamans ont été servies, honorée et distinguées à hauteur de plus de 400 d’entre elles qui sont parties chez elles, avec des pagnes, des tee-shirts, des gadgets.

La fin de ces journées a été ponctuée par des défilés de la nourrice, de la femme awoulaba, c’est-à-dire, celle qui montre sa beauté après avoir accouché, de la jeune fille en âge de la puberté, de la vieille qui a dépassé ses 80 ans.   

On annonce que la prochaine édition, sera plus élargie. Cette année, ce sont les femmes de la circonscription de Maféré.

Comme ces femmes donnent de l’importance aux pagnes, quand elles vont se les coudre, ceux qu’elles en ont reçu penseront toujours à leur fils Elidjé Angora qui a encore laissé son nom vibrer sur sa ville sablonneuse de Maféré, qui sait désormais que la femme compte et qu’elle a besoin d’être reconnue et encouragée dans ses tâches multiples et surtout celle de donner la vie.

                                                                     Joël ETTIEN

                         Envoyé spécial de businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.