Côte d’Ivoire: Les fins d’année avec leur inquiétude.

Pourquoi c’est toujours à l’approche de la fin d’année qu’on fait croire à une déstabilisation en Côte d’Ivoire ?

Il a fallu de voir Soro Guillaume jouer au basket-ball, se pavaner dans les rues de son lieu d’exil pour qu’Abidjan semble paniquée. Les rumeurs d’un coup d’état enflent.

Les cybers activistes à la solde des différents camps, ont commencé à donner de la voix parce qu’un coup d’état serait en préparation, parce que Soro Guillaume se serait donné à l’apprentissage d’un nouveau sport. Les ivoiriens doivent s’accoutumer de ces fake-news. 

Un jour, un cadre proche du RHDP nous disait que le président Ouattara ne gouverne pas avec les réseaux sociaux certes, mais c’est sont aussi des moyens de communication qui influencent. Ainsi, à chaque réveillon, on multiplie les militaires qu’on équipe d’armes de guerre. On informe jamais le peuple qui s’effraie et dont le quotidien est marqué de souci.

Tant que le cas Soro n’est pas réglé, à chaque fin d’année, ces genres de rumeur fleuriront sur les bords de la lagune Ebrié. Nous n’avons de cesse d’interpeller les rois, chefs coutumiers et les guides religieux, sur ce conflit qui a trop duré. C’est quelle palabre qui n’a pas de fin, pour qu’à chaque fin d’année, les rumeurs de coups d’état viendront troubler la quiétude des ivoiriens. Il faut trouver des solutions de rapprochement entre le président Ouattara et Soro Guillaume. Il ne faudrait pas encourager par des gains nourriciers de la situation dans son état d’enlisement, mais influencer les deux à mettre balle à terre pour rentrer dans la république.

Cette situation de ni paix, ni guerre fait qu’à chaque approche de la fin d’année, les responsables redoublent les mesures de prudence, par la création des nouvelles milices et cette année, ce sont les policiers municipaux, qu’ils ont armés pour la défense du district autonome d’Abidjan.

Et les rumeurs empoisonnent la cohésion et le vivre-ensemble. Le bonheur ne produit plus de joie mais de la prudence. Soro est en exil et ses sorties provoquent toujours de la panique.Pour tout l’or du monde nous recommande un ivoirien, nous voulons, les ivoiriens nous voulons jouir des fins d’année au regard de ceux qui n’ont pas eu la chance de ne plus exister et qui se retrouvent dans les cimetières.


                                    Joël ETTIEN
  Directeur de publication: businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.