Côte d’Ivoire: Soro aurait-il perdu la confiance des ivoiriens?

Faut-il se méfier de Soro Guillaume ?

Soro est-il crédible?

Un état qui se développe, n’a pas besoin de bruits disait l’ambassadeur Aly Touré qui recevait les journalistes ivoiriens à Paris, le samedi 1er février 20. Alors, que doit-on retenir des bruits stridents qu’émet Soro Guillaume depuis l’extérieur ?

Plusieurs occasions ont été offertes à Soro qui n’a pas pu ou su les exploiter et nous allons apporter notre analyse.

On se rappelle tous, de la mutinerie qui a eu lieu à Bouaké où, le président Ouattara a été obligé de débourser plus de 18 millions à chaque mutin, en 2017. Le pouvoir du président Ouattara était presqu’à terre. Tous les mutins ont remué ciel et terre pour permettre à Soro de prendre ses responsabilités. Le président Ouattara était au Ghana. Soro a refusé et il a positionné le président Ouattara.

Il venait là, de perdre le crédit énorme que les hommes en tenue et en armes, lui témoignaient et depuis, ceux-ci, se sont ralliés au président de la république, chef des armées qui en a profité pour réorganiser la grande muette.

Soro venait de mettre en danger tous ses amis en tenue et le président Ouattara, en a pris de la graine pour prendre ses responsabilités. Alors quand, on entend çà et là, que Soro pourrait bien s’appuyer sur cette armée pour agir, il faut réviser ce faux rêve. Les militaires hésiteront à faire confiance à Soro. Mais il n’y a jamais un sans deux.

En plus, voyant les choses venir, Soro voulait réorganiser la fédération estudiantine et scolaire de Côte d’Ivoire, la fesci pour en faire son bouclier de revendication et de pression. Là encore, il fait ce n’est pas évident. La gestion syndicale en Côte d’Ivoire, en milieu estudiantin et scolaire est minée et aujourd’hui, la fesci n’est plus majoritaire, pour des actions de revendications pouvant déboucher sur des crises inquiétantes.

Que reste-il à Soro ?

La force dont il croit pouvoir incarner, ne rassure plus ses compatriotes. Un libre penseur français disait et je cite : « dans une lutte, il ne faut jamais laisser l’adversaire se réorganiser, il devient plus fort que vous » fin de citation.

Est-ce que Soro était véritablement dans une lutte ou dans la provocation ? Difficile de répondre à cette question, mais l’homme et ses lieutenants, ne diminuent pas leur volume que certains considèrent comme des jérémiades.

 Il se plaint parce que le président Ouattara lui a fait des promesses qu’il n’a pas tenues pour laquelle, il veut que les ivoiriens et la communauté internationale, lui viennent en aide et blâment, le président Ouattara.

Donc aujourd’hui, Soro est devenu comme un lion sans dents qui rugit et dont ses menaces sont comme une tempête dans un ver d’eau. Il ferait mieux d’arrêter cette hémorragie qui frappe tous ses parents et amis et lui-même Soro, contraint de rester loin du pays.

La période s’annonce délicate pour le président Ouattara qui est au carrefour. Partira, partira pas, il veut rassurer le peuple ivoirien pour des élections apaisées, mais qu’est-ce qu’il fera du cas Soro Guillaume ?

Certains concluent que s’il n’avait pas montré très tôt, son envie de régner, il serait aujourd’hui, un des plus mieux placés pour la succession du président Ouattara, mais hélas.

Comme il le disait aux journalistes hier au cours de sa conférence de presse pour annoncer le changement de nom de sa plateforme, autrefois appelée Convergence 2020, qui devient désormais, Côte d’Ivoire Union, l’ambassadeur Aly Touré, rassure les ivoiriens, qu’il n’y aura rien, car pour lui, Soro n’est pas un danger pour la Côte d’Ivoire.

Les ivoiriens doivent-ils perdre ce gros espoir placé en Soro ? L’avenir nous le dira.

                                                                              Joël ETTIEN

           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.