Afrique: Pourquoi certains présidents africains trompent-ils leur jeunesse ?

Pourquoi les présidents africains sont obligés de tromper la jeunesse africaine ? Le constat qu’on fait depuis toujours en Afrique, c’est l’éducation et la formation de la jeunesse africaine, qui ne sont que du leurre et du bluff. Elles sont teintées de mensonge et cette jeunesse est toujours chantée, mais jamais un souci d’émancipation réelle pour l’impliquer dans le développement.

Le leurre des présidents africains

Il n’y a jamais de discours électoralistes ou politiques des présidents africains sans citer la jeunesse. Du temps du premier président ivoirien, le président Houphouët Boigny, qui traduisait dans les actes, les faits, il disait souvent que la jeunesse était l’avenir et qu’il en faisait un socle. Il avait alors initié, l’ivoirisation des cadres qui a permis à la Côte d’Ivoire de remplacer les colons par des nationaux bien formés et le pays s’en portait très bien. On va me dire que le pays n’était pas développé comme il l’est aujourd’hui, alors, je réponds pour rétorquer que si on était dans une continuité des affaires de l’état, pourquoi ne pas avoir suivi la courbe.

Pendant plus de dix ans, le président ivoirien, Alassane Ouattara a mis à la tête de la formation et de l’éducation, des incultes qui, au lieu d’en faire des cadres bien formés pour servir l’état, c’est l’envers du décor. Des étudiants qui ne sont pas capables de formuler une phrase correctement sans faire des fautes, des étudiants. Le challenge scolaire, l’envie, la qualité et la compétition du meilleur, n’existe plus et tous ces jeunes sont des sacrifiés et des lourdes charges pour demain.

On ment à des nations dans des discours pompeux et flatteurs à l’endroit des jeunes africains sans leur offrir des cadres de formation et d’éducation réels et beaucoup, n’ayant plus de visibilité, vont se sacrifier à mourir sur les eaux et se faire massacrer par les arabes, sans que cela puisse alerter les présidents africains à se pencher sur ces cas meurtriers comme si cela était de leur souhait.

On ment trop à la jeunesse africaine et qui n’a plus de repère et d’appui pour son insertion dans sa propre société et se livre à la mort à ciel ouvert. Quand on dit que le paradis, ne se trouve que chez soi et que chez soi, il n’y a plus de perspectives crédibles et rassurantes, ces jeunes ont raison de croire que l’eldorado, se trouve derrière l’eau.

On ment tout le temps à la jeunesse africaine. En Côte d’Ivoire par exemple, depuis plus de 80 ans, le système scolaire et universitaire, n’a point varié et on enseigne les mêmes choses sans tenir compte des réalités socioéconomiques pour permettre à tout le monde de participer à son développement. Tous les jeunes préfèrent comme des canetons suivre le même cursus pour finir chômeurs et c’est, le gouvernement le sait et qui les ligote.

Il n’y a jamais des assises sur les failles de l’éducation et de la formation pour en tirer les vrais mobiles et corriger le tir, pour permettre à l’avenir d’être participatif. C’est la routine.

 Le souhait de tous ces milliers de jeunes dont les parents n’ont pas les moyens pour leur trouver, des vraies écoles d’éducation et de formation, à l’étranger, flânent, se livrent à la prostitution, à la débauche et succombent à tous les vices et vices destructifs, sans jamais être vitaux et soucieux de s’investir dans la construction du pays.

C’est quoi le problème ? Un pays qui se veut émergent, mise avant tout, sur la formation et l’éducation qui émerveillent le génie et le talent, mais en Afrique noire, le devenir de la jeunesse, est un slogan de séduction.

Il faut organiser de vraies assises sur les failles de l’école africaine, elle ne répond plus aux normes de la compétition mondiale. Cet ancien système français démodé, doit être banni du programme scolaire et universitaire, car ça ne sert à rien, d’envoyer des milliers d’enfants à l’école pour n’embaucher que quelques centaines et les autres ?

                                                         Joël ETTIEN

           Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.