Côte d’Ivoire/Acquittement Laurent Gbagbo et Blé Goudé: Il faut croire et faciliter la réconciliation nationale.

Le président Gbagbo et Blé Goudé, viennent de remercier tout le monde pour leur soutien et leur apport à leur acquittement.

Blé Goudé et Laurent Gbagbo s’adressent aux ivoiriens

Comme des siamois, Blé Goudé a accordé une interview à une télévision sœur au cours de laquelle, il a présenté ses sincères excuses aux ivoiriens et pendant ce temps, le président Gbagbo aussi, entouré de son cabinet, allait dans le même sens.

Pour ceux qui douteraient des excuses de Blé Goudé, que proposent-ils en retour ? Lui au moins, a reconnu sa part et les autres qu’est-ce qu’ils attendent puisqu’il n’y aura jamais de cadre officiel pour que les uns et les autres, se donnent à cet exercice périlleux ?

Les ivoiriens pour la plupart adulent le sensationnel et la réalité devient du théâtre et du coup, on ne sait plus ce qu’ils veulent. Dans la longueur de leur isolement, Blé Goudé veut que les uns et les autres sachent sa réelle volonté. Il a présenté ses excuses à qui le tour ?

Le président Gbagbo à qui, certains journaux prêtent des intentions d’où il habiterait, une fois de retour, travaille avec son équipe sur son retour sécurisé. Après son acquittement, tout le monde attend sa déclaration et intentions, ne sont pas pour l’heure, des choses à susciter, de revanchard.

Qui ne sait pas que sans ces deux, il sera difficile d’amorcer, une réelle réconciliation ? Après cet acquittement, des interrogations demeurent, qui seront ou sont les auteurs des massacres et de ces milliers de morts ? Le collectif des victimes qui s’en prend à cet acquittement, devrait d’abord, encourager que l’autre camp aille se donner à cette gymnastique pour élucider, les vrais auteurs. Mais s’opposer au retour du président Gbagbo et de Blé Goudé, serait de mauvaise foi.

Ils ont bataillé 10 ans durant, dans un procès houleux et international, quelle force, les deux ex-détenus avaient pour influencer la fin de ces audiences à haut suspens ? Nous avons assisté à la manifestation de la vérité et le droit a été dit.

La CPI qui est supposée être la prison néocoloniale, il n’est pas facile à des noirs, d’y entrer et d’en sortir blanchis et le droit a été dit pour une fois, il serait bienséant que les victimes soient dans la prière de voir les autres les remplacer pour voir qui sont les vrais coupables afin d’apaiser les cœurs.

Si le président Gbagbo a été interné à la CPI, c’est parce qu’il était le président de la république à cette époque et qu’il était obligé d’assumer, sinon qui l’a vu prendre des armes pour tuer, alors que dans l’autre camp, certains ont participé à la mort de toutes ces victimes.

Quand Soro Guillaume écrit, dans un livre, qu’il est le père de la rébellion et qu’il assumait pourquoi, le collectif des victimes met en doute ces écrits et s’acharnent sur les autres qui viennent d’être innocentés par une juridiction internationale ? Qui des présidents Bédié, Ouattara et Gbagbo s’est permis d’un tel exercice que celui que Soro a fait, en déclinant sa responsabilité dans tous ces massacres ? Alors pourquoi aller chercher plus loin, ce qui est à portée de main ?

Non, il ne faut pas entraver le cours normal du retour à la paix en Côte d’Ivoire. Il faut plutôt encourager que les ivoiriens se reparlent sans gants ni d’intermédiaires, c’est un peuple mature et qui a besoin d’avancer.

                                                  Joël ETTIEN

        Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.