Côte d’Ivoire: Les ivoiriens ne respectent pas les consignes barrières contre le Covid-19.

Si le Corona existe en Côte d’Ivoire, il n’y aura aucun survivant, puisque rien de ces consignes barrières, n’est respecté et c’est grave. Les ivoiriens ne respectent aucune consigne barrière.

Aucune des consignes barrières n’est respectée

Les ivoiriens semblent ne pas croire à la pandémie du Coronavirus et le constat à l’œil nu est déplorable. Les ivoiriens ne se protègent pas. Devant les ascenseurs des centres de santé, on les voit sans masques, lutter la montée souvent avec des malades assis dans des fauteuils roulants, entassés comme dans une boite de sardines, pour emprunter les ascenseurs.

Au CHU de Cocody par exemple, sur les 6 ascenseurs de base, il n’y a qu’un seul qui fonctionne et qui ne peut contenir que 6 à 8 personnes, pour un immeuble de 13 étages. Les masques coûtent 100 frs, c’est-à-dire, 0.15 centimes d’euros. Pour la santé, on peut faire cet effort, puisque le ministre de l’Hygiène et de la Santé publique, ne veut mettre à leur disposition des masques gratuits. Il aurait associé les maires et les collectivités locales, dans la gestion de cette crise sanitaire.

Comme cela se fait ailleurs, la gestion pratique de la lutte contre ce virus devrait incomber à toutes les administrations. A l’entrée de chaque centre de santé, il devrait avoir du gel hydro alcoolisé pour le lavage des mains, ce qui n’est pas le cas.

Certains se plaisent à dire que le virus fuit le soleil, mais ce qu’ils oublient, c’est qu’il y a une autre forme de Covid-19 qui s’est adapté à la chaleur et qui a commencé à sévir au Mali.

Il faut reprendre la sensibilisation et mettre à disposition des masques et du gel, ne serait-ce que prévenir. Sur le sujet, le gouvernement vient de reconnaitre que la semaine dernière, il y a plus de 800 cas positifs, en une seule journée, prélevés, pour seulement la grande ville d’Abidjan, donc le risque est réel, alors pourquoi faire l’économie de la sensibilisation ?  

                                                    Maurice Kouakou

                                               Correspondant à Abidjan

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.