Côte d’Ivoire: Le président Ouattara prépare Hamed Bakayoko pour sa succession.

Pendant qu’il prépare Hamed Bakayoko à sa succession, les ivoiriens regardent ailleurs pour venir rechigner, un fruit tombé dans une boue, peut se laver. Le président Houphouët disait que dans la vie, on ne juge jamais au départ, mais à l’arrivée. Un vrai chef, c’est celui qui sait se faire entourer et qui écoute. Ce sont des signes qui se profilent autour du dauphin du président Ouattara, dont sa prochaine mandature ne sera pas dutout repos. Vaut mieux prévenir que de guérir, c’est ce qui se passe au palais.

Hamed Bakayoko pour succéder à Ouattara ?

Au PDCI RDA, ils ont passé tout leur temps à se combattre inutilement, avec des slogans régressifs de capitaine courage et de bien d’autres, jamais, ils n’ont encouragé, le président Bédié a formé des jeunes pour sa succession et aujourd’hui, le parti est devenu, une coquille vide et l’après Bédié va encore créer d’autres soucis graves de lutte de positionnement.

Depuis qu’il a fait semblant de se séparer du RHDP, il n’a pas songé à regrouper ses lieutenants, encourageant le vieux à se candidater tout cela pour faire ombrage aux autres, capables de relever des défis. Ils ont dans cette cupidité, comploté pour chasser les plus décidés en exile et ceux sur place, en prison, comme si cela n’arrivait qu’aux autres.

Aujourd’hui, le parti est parti pour perdre quasiment tous ses bastions pour se retrouver sur la sellette. Bédié ou rien et la suite ?

On peut tout dire du président Ouattara, mais il ne fait jamais l’économie de ses cadres, pour les mettre loin de la gestion du pouvoir. Il forme M. Hamed Bakayoko et les autres continuent de rêver tout en éveil. La présence du président Ouattara en France qui s’interprète comme, un malade interné dans des hôpitaux, et s’il y faisait un lobbying pour son protégé Hamed Bakayoko ?

Il est entrain de déblayer autour de son dauphin tous ceux qui sont capables de lui tenir tête, une fois au sommet et cela, on dirait que les partis politiques ivoiriens, l’ont compris qu’ils l’y aident. Au PDCI RDA, les plus mordants, sont en prison et aucun militant n’a osé battre le pavé et leur sort est déjà scellé. Au FPI, c’est pareil. Décidément, on dirait que le président Ouattara, s’est formé politiquement, donnant cette nette impression d’avoir appris à connaître les ivoiriens.

Hamed Bakayoko la relève du RHDP ?

Quand le président Gbagbo sortira, qu’est-ce que ses lieutenants lui présenteront comme butin politique pour qu’il suive la cadence ? On oublie tous qu’il a passé plus de temps à l’extérieur et comme la politique ivoirienne évolue à une vitesse V. Le temps qu’il s’acclimate politiquement, tous les bastions seront occupés par le RHDP qui se bat pour se maintenir au pouvoir. Affi a été combattu par les autres et il va sortir très affaibli comme Maurice Kakou Guikahué et le dauphin du président Ouattara aura les roues libres pour gouverner tranquillement avec l’aide de la jeunesse qui finira par être dégoûtée par leurs aînés et qui prendraient un autre chemin, celui de leur propre initiative.

En voulant faire obstacle à la jeunesse montante pour figurer au premier plan, les devantiers politiques, ont abîmé le combat et ils ont éloigné volontairement ou inconsciemment, leurs propres partis du jeu politique. Le PDCI RDA et le FPI, qui n’auront plus le choix et participeront aux élections locales, en sortiront très amaigris et se verront très peu représenter dans les chambres des élus (parlement, sénat, mairie, président des régions…)

Ces conflits en interne, le RHDP a tu les siens et a obéi à son chef. Au départ, c’était le défunt Gon Coulibaly, qu’ils étaient tous prêts à suivre, mais hélas. A les voir tous, à l’aéroport le jour de son arrivée, personne ne voulait se faire conter l’événement. Ils respectent tous la ligne de leur parti. C’est d’ailleurs, le seul parti politique que le président Ouattara veut faire peser de tout son poids pour faire respecter la hiérarchie et il y a réussi.

On n’entend rien venant de la case rouge et pourtant. Ils savent tous que le choix de l’heure c’est M. Hamed Bakayoko et tous sont derrière lui, avec le coach qui fait un travail formidable de préparation et de formation. Le président Ouattara a fait exprès pour s’absenter, ces derniers temps après cette tempête électorale et voir comment ses lieutenants se comporteraient vis-à-vis de celui qui lui va succéder. Pour l’heure ça se passe bien sur le terrain et ils s‘occupe de polir son image à l’international. Tout ce qui trébuche se relève et tout ce qui tombe dans la boue, se lave.

Pendant ce temps, les autres partis politiques qui, à force de se battre, n’ont pas encouragé leurs chefs à leur léguer des héritages sans palabres et les palabres vont arriver. Ils vont prendre des décennies à se battre et le RHDP, aura tout le temps pour se positionner durablement sur le terrain.

Le plus délirant, c’est le PDCI RDA qui se rend compte et voit ce qu’il l’attend et qui continue de regarder ailleurs.

                                                 Joël ETTIEN

       Directeur de publication : businessactuality.com      

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.