Côte d’Ivoire: KKB et Mariatou Koné, ces deux ministres les plus actifs du gouvernement

Mariatou Koné et KKB, les deux jokers qui font parler de la république en ces temps de dures difficultés économiques et politiques. Pendant que les autres ministres attendent impatiemment que leur budget leur soit alloué, Mariatou Koné et Kouadio Konan Bertin, respectivement ministre de l’éducation nationale et de la réconciliation nationale, sans attendre, font un travail qui mérite que le peuple ivoirien le sache.

Le ministre KKB à la tâche

A l’annonce du retour du président Gbagbo, comme un séisme annoncé, les différents camps sont pris de panique, alors qu’il n’en fallait pas. Le président Gbagbo n’est pas un étranger qui veut venir alourdir la cohabitation des ivoiriens, mais il est bel et bien ivoirien, donc, il a tout de même le droit de revenir chez lui, après ces différentes victoires sur l’histoire. Pour calmer le jeu, KKB s’enfouit dans le secret de certaines ombres obscures pour écouter, échanger et proposer.

Il était avec le parti politique ivoirien au pouvoir, le RHDP et récemment, il s’est aussi rendu chez les responsables du parti du président Gbagbo, le FPI et les plus mordus qui le sous-estimaient hier, lui témoignent gratitude et encouragement. Pourtant, tout le monde sait que pour l’instant, les caisses de l’état sont vides, mais comme dit l’adage ivoirien : « le mille-pattes se sert de son intelligence pour traverser les magnans », c’est du moins ce qui se trame dans le combat si difficile de ministre KKB.

Il s’en sort pour le moment très bien.

La ministre Mariatou Koné pour un nouveau soleil

Quant à la dame qui se forge une carapace, Mariatou Koné à l’éducation nationale, il faut simplement lui tirer le chapeau. Comme une maladie qui survient subitement dans la vie d’une personne, quand vient le médicament pour la guérir, elle prend du temps pour s’en aller. Combien d’années l’école ivoirienne s’est retrouvée dans la nasse ? Le plus dur, était d’en prendre conscience, diagnostiquer les maux, les identifier, c’est ce qu’elle fait. Ce n’est si évident quand des habitudes se sont faites ancrées dans le comportement: comme pour passer un simple concours, il faut payer de l’argent. Quels résultats peut-on tirer de ceux-là une fois à leur tâche si ce n’est qu’abîmer l’évolution du développement du pays ?

Silencieuse mais dégourdie, Mariatou Koné, la dame au sourire si rassurant, mérite donc que tout le peuple la soutienne.

KKB et Mariatou Koné, sont ces deux-là pour le moment qui portent la république afin de la promouvoir le temps que les milliards retombent dans les caisses de l’état. Ce n’est pas tout qu’il faut résoudre avec de l’argent et quelque part on dit, quand on t’envoie, il faut savoir t’envoyer toi-même. C’est le constat que nous faisons en ces temps de vaches maigres.

Après quand vient le temps des récompenses, on fait souvent semblant de rien voir quand le chef fait des fleurs et porte son regard sur ceux-là.

                                                               Joël ETTIEN

                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.