Côte d’Ivoire: Il faut que la SOTRA revoit son mode de fonctionnement.

La SOTRA, (société de transport abidjanais) doit revoir son planning de mise en service de son engins et bateaux bus. Nous en avons fait les frais, cet après-midi du 30 avr. 21. Nous sommes arrivés à 13h à la gare lagunaire, au Plateau pour nous rendre à Yopougon. Bien avant notre arrivée, il y avait une longue file d’attente qui dépassait la chaussée en face, qui attendait depuis plus de 30 mn.

Dysfonctionnement à la SOTRA

Mal nous a pris d’acheter notre titre de transport à la société d’état, moins chère et qui subit, une concurrence féroce avec l’arrivée de nouvelles compagnies de transport maritime, qui soulagent, mais doublent ses prix. De la commune du Plateau à Locodjoro, c’est-à-dire Yopougon, la SOTRA fait le tarif à 150 frs cfa pendant que ses concurrentes, font à 300 frs cfa, la navigation.

Au regard de l’état de vétusté des bateaux bus de la SOTRA, les populations les préfèrent, mais il faut revoir, l’intervalle de temps entre deux passages. Ce n’est pas normal, qu’entre deux bateaux, on mette plus de 2 h de temps d’attente. Pendant ce temps, à côté, le temps d’attente n’excède pas 10 mn.

Très souvent, certains usagers vont jusqu’à dire que la SOTRA ou ses agents participent à la mort de leur patrimoine. Cet après-midi, pendant que les passagers attendaient, en face, c’est-à-dire à Treichville, on voyait les bateaux au repos qui tanguaient sur la lagune.

Ce temps prolongé d’attente, pousse à la colère et nous avons compris un peu les raisons, des colères de certains ivoiriens. Il faut logiquement que la SOTRA mette 5 à 10 mn, car les attentes sont nombreuses.

Pour réguler le trafic, certains étudiants, viennent leur prêter mains fortes, qui calment le jeu et disciplinent les passagers, même si ceux-là ne sont pas réénumérés et qu’ils le font de manière bénévole, il faut satisfaire les ivoiriens, en matière de déplacements interurbains.

Si la SOTRA veut survivre face à ses concurrentes, elle a doit revoir son mode de planning pour la mise en circulation de ses bus et bateaux bus.

                                                 Joël ETTIEN

      Directeur de publication : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.