Côte d’Ivoire: Parti pour 5 ans encore, l’opposition doit changer de stratégies.

Parti pour 5 ans encore, l’opposition doit changer de stratégies. Maintenant qu’il est investi, le président Ouattara doit pouvoir contenter tous les ivoiriens. Dans son discours d’investiture, on s’attendait à plus mais on est restés sur notre faim, car la tribune était mondiale pour qu’il la prenne à témoin pour décrypter l’atmosphère trop délétère qui règne dans son pays, mais hélas.

L’opposition devra abattre d’autres cartes

C’est vrai que la Côte d’Ivoire fait partie des états où le droit doit-être appliqué, mais trop de droit crée des incompréhensions sociales. Dans son discours, il semble ne pas offrir la largesse à certains opposants, incarcérés et pourtant, il lui faut alléger la tension.

C’est vrai aussi, qu’il y a eu mort d’Hommes, destruction de biens publics et privés, mais en l’état, cela est dû au fait de l’alignement de frustrations et des revendications.

Pour ceux qui mènent une lutte contre le pouvoir du président ivoirien, qu’ils se disent que derrière maison, il y a un mur. La Côte d’Ivoire n’est pas comme les autres pays africains francophones. La France y a tellement investi, qu’elle n’est pas prête à la léguer à n’importe qui, donc, pour ceux qui discriminent le président Ouattara sans tenir compte de ce facteur, auraient semé dans le désert.

Quand on dit que la Côte d’Ivoire est la chasse gardée de la France-Afrique, certains le méprisent, pourtant c’est de la réalité et ce, depuis du temps du président Houphouët et c’est parti pour longtemps, si aucun leader politique ivoirien, ne songe à négocier ou faire amende honorable, sinon par la force, ce n’est pas si évident, à moins que cela soit une surprise. Dans ce cas de figure, si les deux anciens coups, (coup d’état de 1999, rébellion) ont surpris la France, elle n’est plus prête à se faire encore surprendre.

Quand les Soro Guillaume parlent sans assurance, le système les regarde. Soro est devenu, comme un lion sans dents et ne sont plus des dangers à craindre, mais des fils à accepter à revenir à la maison.

Le coup d’état contre le président Bédié a surpris le président Chirac et le même, l’avènement de la victoire du président Gbagbo, l’a aussi surpris, et depuis, la France a pris toutes ses dispositions et le gardien du temple, joue tellement bien son rôle et ça aussi, le président Bédié sait.

C’est parce qu’il est venu au pouvoir, il ne communique plus comme quand il était dans l’opposition, sinon il poserait des actes de développement, en plus, il implique trop de rigueur à laquelle, ses compatriotes ne sont pas habitués et qu’ils le qualifient de dictateur.

La France est derrière la Côte d’Ivoire et elle sécurise le pouvoir. Ne pas le reconnaître serait conduire la jeunesse ivoirienne à l’abattoir. Il y a des sujets sur lesquels, l’opposition doit miser ses revendications, le transfert de technologie pour créer des usines de transformation de ses produits agricoles en produits semi-finis pour créer des emplois, revoir l’éducation qui ne répond plus aux dogmes de la société, demander à la France d’arrêter de lui transférer que des enseignes commerciales.

L’école ivoirienne forme des chômeurs, parce que tout le système scolaire et universitaire est vieillissant et ne répond plus au modèle de société actualisée. Sinon, mener un combat politique politicien, c’est une perte de temps.

Il faut critiquer et suggérer des vraies pistes pour le développement sinon, le pays sera encore en retard. Ce ne sont pas les injures ou demeurer dans la haine, la vie ne s’arrête pas à se détester, mais à se regarder l’avenir avec optimisme.

                                                Joël ETTIEN

          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.