Côte d’Ivoire: l’union du fpi, est très attendu pour la suite du parcours.

Le FPI a commencé à se mettre en rang de bataille, bravo à ses cadres, une union souhaitable pour la conquête du pouvoir.

L’union du FPI: utopie ou réalité?

Depuis quelques jours, nous lisons et constatons que ça bouge au FPI dans le sens souhaité par les ivoiriens, la recherche des voies et moyens de l’union. Le travail est entrain d’être fait et nous n’attendons pas la fin pour réagir.

Un groupe à l’intérieur de la direction de ce parti politique dont le fondateur vit, en la personne du président Gbagbo Laurent, a fait un travail extraordinaire qu’il faut saluer. Il y a messieurs Ahoua Don Mélo, Gohou Luc, Assoa Adou, et bien d’autres que je ne pourrai citer tous ici, mais l’idée a germé et fait son chemin.

Comment le principe de se mettre ensemble pourrait prendre forme entre le PDCI et le FPI ? Pendant que le FPI se bat pour contraindre le report des élections présidentielles, tant que le minimum n’est pas réglé, le PDCI mène un autre combat pour participer à ces élections et le RHDP avance tout doucement vers sa date pour organiser ces élections et les gagner au premier tour. La nouvelle mode de la France-Afrique et dont certains pays, ont fait le test qui a réussi, comme le Togo hier, le Sénégal et bien prochainement, le tour de la Côte d’Ivoire.

Un parti visé

Le FPI, est le seul parti politique ivoirien qui paie le lourd tribut. Il ne peut pas rester les bras et les pieds croisés pour voir le temps avancé et donner la liberté de la mascarade du rhdp se produire.

C’est pourquoi, nous venons à travers cet article encourager les acteurs majeurs de ce parti de se surpasser et regarder dans le sens de la raison et de la souffrance du peuple et se réorganiser comme ils savent bien le faire. Seule leur union pourra libérer la Côte d’Ivoire et ils le savent, donc l’heure de la mobilisation doit sonner. Madame Gbagbo Simone le sait. Les réfractaires et les non-non aussi le savent. Et depuis plus de 10 ans que ça dure, où en est l’état de la Côte d’Ivoire ? Pendant combien de temps, cela prendra pour arrêter cette souffrance ?

Si les partis politiques et la société civile ivoiriens, laissent le pouvoir organiser ces élections à haut risque d’octobre 2020 se tenir, c’est le chaos et la guerre civile qui sera plus meurtrière que celle que les ivoiriens ont vécu en 2010. C’est pourquoi, anticiper pour se mettre en rang de bataille, est une bonne initiative.

Quant aux autres cadres dissidents, inutile interpeller le président Ouattara à travers des déclarations pour affaiblir le regroupement de se former. Quand on dit qu’on aime ou qu’on le respecte le président Gbagbo Laurent pour qui, tout le monde entier lutte pour sa libération, pourquoi, aller en contradiction avec ses recommandations ? Depuis que M. Affi Nguessan est sorti de la rencontre avec son mentor et que la lumière a commencé à jaillir pour éclairer les ténèbres, pourquoi le président Gbagbo n’a-t-il pas produit un communiqué pour le désavouer ? Alors, pourquoi certains cadres manifestent de la jalousie ou de l’aigreur pour affaiblir l’union au moment où le tunnel est entrain d’être franchi ?

A tous ceux qui ont participé et qui continuent d’insuffler le vent sur l’union du FPI, le salut de la république de la Côte d’Ivoire le leur revaudra. Seul leur recul pourra les exposer à la vindicte populaire.

La paix et la réconciliation qui ne sont pas du goût du pouvoir, lui seront imposées. Il n’y a rien sur cette terre qui n’a pas de fin et l’histoire les observe.

                                                                               Joël ETTIEN

                                          Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.