Côte d’Ivoire: Que deviennent nos universités ?

Mais aujourd’hui que deviennent nos universités ? Certains départements sont heureux d’applaudir cette fille nommée Amah Olivia N’Goran alors qu’ils sont les véritables barrières à la production d’autres OLIVIA.

Que se passe t-il dans les universités ivoiriennes ?

Il existe une sélection opaque des étudiants pour le doctorat. Grave, pour soutenir, c’est tout un problème. Tu devras subir les humeurs des encadreurs. Pour lire ton mémoire, c’est tout un problème. Des professeurs qui veulent faire de leur matière un mystère. Ils se plaisent quand les étudiants ne comprennent pas le cours et ils sont heureux de dire « Ha oui, c’est ça la métaphysique », parce que pour eux, l’objectif c’est que tu ne comprennes pas.

Comment on peut trouver du plaisir quand un étudiant ne comprend pas ce qu’on explique ? Ça devrait être une honte pour un enseignant qui explique un cours et ses élèves ne comprennent pas, mais c’est pour eux, un honneur. Avoir assez de docteurs jeunes dans les universités n’a jamais été leur but. Pour eux, ils doivent rester les « Maîtres » et les autres, les enfants des pauvres, leurs sujets.

Parfois il faut être un véritable lèche-botte de certains encadreurs pour espérer être programmé pour une quelconque soutenance. Au lieu de tenir compte des travaux de leurs étudiants pour savoir s’ils sont aptes ou pas, eux, ils préfèrent tarder parce qu’ils n’ont pas le temps ou parce qu’ils n’ont pas encore fini de les exploiter. D’autres ont le titre de docteur, mais préfèrent faire la politique pourtant ils ont des honoraires à honorer à l’université.

L’exploitation des étudiants par les encadreurs

L’exploitation des encadreurs dépasse le cadre de la formation. Tu feras ses courses extra universitaires, aux heures d’absence, c’est l’étudiant qui fera les cours à la place du docteur; étant donné que ton objectif c’est d’avoir le doctorat, tu te sens obligé de faire ses courses. C’est lui qui va te programmer le jour où il est content, tu n’as donc pas le choix.

Pour lire ton mémoire, tu devras le poursuivre partout. D’autres ont fini, mais peuvent passer facilement 3 ans en attente de soutenance. C’est pourquoi certains préfèrent aller en Europe pour continuer leurs études, soutenir et revenir.

C’est triste de voir ces jeunes gens pétris de talent dans les universités, capable de faire mieux que OLIVIA, se retrouver dans des départements où les « chers maîtres » qui règnent en maître sur les universités font subir leurs humeurs aux pauvres qui veulent aller de l’avant. Et là, je n’ai pas encore parlé de tes chances d’être recruté en tant que docteur. C’est pourquoi je félicite Olivia, mais plus, le département de pharmacie.

Gaucho Gotcho

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.