Côte d’Ivoire-élection législative: Déjà, le candidat du PDCI RDA d’Arrah, jette les bases de la violence.

Le PDCI RDA va perdre un de ses bastions historiques, le département d’Arrah où son candidat est tombé dans les injures et dénigrements contre le candidat du RHDP, M. N’guessan Ahondjon. Nous étions dans le département d’Arrah situé au sud-est de la Côte d’Ivoire qui compte plusieurs milliers d’habitants, à qui on a donné, un seul poste de député, ce qui n’est pas normal.

Le PDCI RDA se met en difficulté à Arrah

Arrah a deux sous-préfectures et plusieurs gros villages dont Abongoua, qui compte plus de 25 000 âmes. Autrefois, bastion du PDCI RDA, il est tombé dans l’opposition parce qu’il n’avait pas fait le bon choix depuis 2010, et c’est l’indépendant Siméon Boni qui avait ravi le poste. Le PDCI RDA ne l’avait soutenu, il est allé offrir sa victoire au RHDP, mais le PDCI RDA pouvait toujours reprendre, mais hélas !

Nous sommes dans le choix des candidats et le PDCI RDA a misé sur M. Assiélou Jean Fiacre et M. N’guessan Ahondjon, celui du RHDP. Pendant le weekend du 23 janvier 21 dernier, nous avons parcouru le département d’Arrah et nous avons eu la chance de voir, la popularité des candidats de tous les bords.

Au moment où M. Nguessan Ahondjon parcourait villages et hameaux de sa circonscription pour s’enquérir de leurs premiers besoins, M. Assiélou Jean Fiacre et son équipe, étaient dans le dénigrement et dans la délation. Les populations de Krégbé, une des sous-préfectures d’Arrah, n’avaient pas d’ambulance et la plupart des malades et surtout les femmes enceintes, avaient des difficultés pour se faire évacuer dans les hôpitaux proches. Cela était une gangrène et le candidat N’guessan Ahondjon leur a offert gracieusement cette ambulance dont la remise a été une grande fête, le samedi 23 janv.-21. Tout ce que le camp du PDCI RDA trouve à dire, n’est pas bien à entendre, le traitant de tous les noms. Est-ce une campagne civilisée ?

Il s’agit des besoins élémentaires de la région, qui peut y faire face, serait le bienvenu, mais quand on tombe dans la délation et le dénigrement, les populations ne sont plus des bêtes de foire ou du bétail électoral, elles savent où peuvent se trouver leurs intérêts.

Sur le terrain, le candidat N’guessan Ahondjon, a fait reprofiler plusieurs routes, offrir des ambulances, construire des centres de santé, des écoles, du bitumage, des forages, ses actions ne résident pas dans les discours creux, incendiaires et dans l’insolence. Si déjà, le candidat du PDCI RDA veut jeter les bases, de la violence, il est temps que la commission électorale indépendante, la CEI fixe les règles du jeu.

On ne peut pas accepter qu’à chaque élection, il y ait des morts et c’est dans les discours de campagne, que cela doit se traduire, mais quand, on se lance dans les diatribes et dénigrements, est-ce à dire que les résultats seront contestés ? Alors que c’est dans les contestations que naissent les conflits qui engendrent des morts, le PDCI RDA d’Arrah, veut-il jeter les bases, d’une protestation ?

Il faut savoir raison gardée et éviter la mort aux populations. Qu’est-ce qu’il peut proposer aux populations, une fois élu, c’est la ou les réponses à ces interrogations que le peuple ahua l’attend, mais pas dans les bassesses, on ne peut pas se dire candidat et rien n’a encore commencé que le candidat du PDCI RDA jette les bases, d’une contestation aux relents meurtriers.

Il est important que chaque parti politique, organise au moins, des séances de formation politique à ses candidats, pour leur dire qu’une campagne législative, n’est pas une campagne présidentielle.

Que chacun pose ses actes et il appartient aux électeurs de choisir celui ou celle qui peut les représenter valablement à l’assemblée nationale. Que la fortune du candidat RHDP, M. N’guessan Ahondjon soit sale ou perforée, on le juge sur le terrain selon ses actes, si le PDCI RDA continue, il perdra encore un de ses bastions historiques et ça sera vraiment dommage.

                                                       Joël ETTIEN

     Envoyé spécial : businessactuality.com  

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.