Gabon: Un silence qui en dit long et ça bosse avec Ali Bongo.

Ça bosse avec Ali Bongo ! Allons voir ce qui se passe au Gabon pour que les médias français ne parlent plus de lui. C’est qu’il s’y passe sans doute de l’émergence et comme ils sont tous contre le développement des pays colonisés par la France, ils préfèrent ne pas en parler et attendre le pire pour s’ériger en grands reporters mondiaux de dénigrements. Ce silence gabonais n’est-il pas synonyme de travail allant dans le sens du peuple ?

Ali Bongo prend

Le Président Ali Bongo travaille avec les difficultés sanitaires contractées et le fait de ne pas parler de lui, ces temps-ci, nous semble suspect. Le président gabonais a souffert et grâce au soutien de son peuple, il a vite repris des forces et il s’est mis à la tâche.

Quand un président africain francophone se bat pour sortir des griffes de la France-Afrique et qu’il est soutenu par son peuple, le système feint de fermer ses yeux. Le président Ali Bongo, dans sa relève a commencé à former une nouvelle classe politique gabonaise pour assumer les tâches de la gouvernance, en y appliquant les femmes, la preuve, madame Rose Christiane Ossouka Raponda, la dynamique femme qui est le premier ministre, madame Yolande Nyonda, au poste de ministre en formation pour assumer les affaires étrangères.

En sa qualité de ressuscité et miraculé, il a refait confiance à la crème des personnes crédibles pour amorcer le vrai développement. Après sa réincarnation, il a tout compris, déjà, il avait annoncé le changement, quand il avait pris le pouvoir et de ne pas trop privilégier la langue française et de l’adouber par l’anglais.

Comme écrivait Jean-Marie Addiaffi, écrivain, ivoirien : « silence, on bosse ». Quand le président Ali Bongo va se décider à s’ouvrir, ce seraient des merveilles et son pays se situerait désormais sur le chemin des grandes nations. Qu’on ne parle pas de lui, ou qu’il soit isolé, il travaille avec l’implication de son peuple, dans le combat de sortir de leur retard.

C’est l’occasion que les africains que nous sommes, surtout les communicateurs, soutenions les efforts des chefs d’état qui ont compris et qui travaillent pour leur peuple, à les encourager, les promouvoir et les hisser sur le toit de nos supports médiatiques que de subir toujours les fausses leçons souvent orientées de ces médias occidentaux.

C’est pourquoi, nos regards doivent-être fixés vers ces présidents-là et le président Ali Bongo, figure parmi les oubliés et que nous devons soutenir. Le silence gabonais, s’il est synonyme de travail et c’est ce que nous souhaitons, le président Ali Bongo, doit pouvoir compter sur nous, pour ouvrir le Gabon sur le trou du ciel et inviter avec fierté le soleil à l‘inonder.

Silence ça travaille au Gabon et on attend, quelques jours pour faire ressortir ces merveilles accomplies.  

                                                                Joël ETTIEN

                  Directeur de publication : businessactuality.com

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.